Société des Amis de la Bibliothèque Forney






LIENS VERS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS




  Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris

Le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris propose une programmation dense, à dimension internationale, afin de maintenir une actualité permanente. Proposant une vision "ni consacrée ni consensuelle", la programmation contribue à déterminer l’identité du lieu et à assumer cette notion de "décalage", notamment par rapport aux musées nationaux. Cette politique de programmation permet une ouverture à des publics différents (générations, médium,…) et par conséquent un mélange de ces publics : public de l’art moderne, de l’art contemporain, de la vidéo, de la BD par exemple. Ainsi, d’importantes manifestations attirant le grand public voisinent avec des projets très pointus ou de défrichage, au moins en France, ou avec des expositions qui permettent de souligner la force et l’audace de la programmation - même si les fréquentations sont plus risquées. Enfin, certaines expositions constituent des incitations aux donations par la présentation d’ensembles d’œuvres.






  Petit Palais

Le Petit Palais est un monument historique de Paris, qui fut construit pour l'Exposition universelle de 1900 par l'architecte Charles Girault. En 1902, il devient "Palais des Beaux-Arts de la Ville de Paris" pour accueillir une collection permanente (de l'Antiquité à la fin du XIXe siècle, les collections du XXe siècle se trouvant au palais de Tokyo) et des expositions temporaires. De multiples donations vont venir enrichir les collections du petit Palais. Mais parallèlement à ces dons, le musée va acquérir de nombreuses œuvres. Depuis quelques années, la photographie contemporaine est présentée au Petit Palais.






  Musée Carnavalet

Le musée Carnavalet est le musée parisien consacré à l'Histoire de Paris des origines de la ville à nos jours. Il est situé dans le quartier du Marais au 23, rue de Sévigné, à Paris, dans le 3e arrondissement. Il présente des collections exceptionnelles : souvenirs de la Révolution française, peintures, sculptures, mobilier et objets d'art. Le musée est constitué de deux hôtels :
- l'Hôtel de Carnavalet, et
- l'Hôtel Le Peletier de Saint-Fargeau
reliés par une galerie située au premier étage.
Les collections du Musée Carnavalet sont riches de plusieurs centaines de milliers de pièces dont seule une partie est exposée. Les notices descriptives et les photographies de ces objets sont mises progressivement à la disposition du public sur le Portail des collections des musées de la Ville de Paris. Il possède au total plus de 580.000 oeuvres au total : 2.000 sculptures, 2.600 peintures, 300.000 estampes, 150.000 photographies et 800 pièces de mobilier.






  Musée Cernuschi

Le musée Cernuschi est un musée parisien consacré aux arts asiatiques, et plus spécifiquement à ceux de l'Extrême-Orient : Chine, Japon, Corée. C'est le second musée consacré aux arts asiatiques en France et le cinquième consacré à l’art chinois en Europe, initialement grâce au legs de ses collections fait en 1896 à la Ville de Paris par le financier Henri Cernuschi. Le musée Cernuschi, inauguré en 1898, est un des musées les plus anciens de la ville. Il conserve plus de 12 000 œuvres et constitue notamment l'une des cinq collections majeures d'art chinois en Europe. Il possède une collection unique en Europe des plus grands peintres de la Chine impériale, œuvrant à la cour des Ming (1368-1644) ou des Qing (1644-1911). Plus de 900 œuvres font partie de l'exposition permanente. La plus imposante est le Buddha de Meguro, un bronze japonais du xviiie siècle.






  Musée Bourdelle

Conformément à la volonté de Bourdelle, les collections du musée ont la particularité de présenter tout l'œuvre du sculpteur à demeure, dans les ateliers où il a vécu et travaillé sa vie durant. En mai 1949, les héritières de l'artiste, Cléopâtre Bourdelle (1882-1972) sa femme, Rhodia Dufet-Bourdelle (1911-2002) sa fille, font don à la Ville de Paris des ateliers, du terrain qui les entoure, et d'un ensemble de 900 sculptures, d'une centaine de peintures et d'environ 1 500 dessins. A la faveur de la seconde campagne d'extension du musée par l'architecte Christian de Portzamparc en 1992, ce noyau originel sera enrichi par la donation de l'ensemble des photographies (1995) puis par le legs de Rhodia-Dufet Bourdelle (2002). Outre un fonds considérable d'archives, ce musée monographique conserve quelque 15 000 photographies, 3 000 sculptures, 4 000 dessins et aquarelles, 150 peintures et pastels.






  Musée Zadkine

Ce musée est né de la volonté d'Ossip Zadkine de léguer à la Ville de Paris ses œuvres et l'atelier qu'il occupait rue d'Assas depuis 1928. Son épouse, Valentine Prax, réalise ce souhait en 1978. Elle décède en 1981 en ayant légué l’ensemble de ses biens. Le musée Zadkine est inauguré le 19 avril 1982. Dans sa petite maison proche du jardin du Luxembourg, il regroupe les sculptures et les œuvres sur papier de l'artiste, de sa période de jeunesse à sa participation au mouvement cubiste. Il comprend également des œuvres de Valentine Prax. Le jardin du musée a été réalisé par le paysagiste Gilles Clément pour accueillir les œuvres du sculpteur, inspirées par la forêt et les arbres.
À l’occasion de son trentième anniversaire et après une année de travaux, le rendant accessible à tous, le musée a rouvert ses portes le 10 octobre 2012, avec une présentation de ses collections repensée au plus près de l’esprit d’atelier.






  Musée de la Vie Romantique

Le Musée de la Vie Romantique est situé dans le quartier de la "Nouvelle Athènes" du 9e arrondissement à Paris. Il est installé au nº 16 de la rue Chaptal, dans l’hôtel Scheffer-Renan, ancienne demeure du peintre d'origine hollandaise Ary Scheffer et foyer d'inspiration romantique durant la première partie du XIXe siècle.
Au rez-de-chaussée du pavillon construit en 1830, le musée expose les souvenirs de la romancière George Sand, qui venait en voisine rendre visite au peintre. Les salons y restituent son art de vivre avec des peintures, dessins, sculptures, meubles, bijoux et objets de vitrine provenant de sa demeure de Nohant en Berry et légués en 1928 avec usufruit à la Ville de Paris par sa petite-fille, Aurore Lauth-Sand.
À l'étage, les salles évoquent la mémoire d'Ary Scheffer comme de ses contemporains - et du philosophe Ernest Renan, devenu son neveu par alliance.
Les différentes expositions organisées dans ce musée ont une grand rapport avec le romantisme, cela va de soi !






  Musée Cognacq-Jay

La collection du musée Cognacq-Jay a été léguée par Ernest Cognacq à la Ville de Paris en 1928. D'origine modeste, le couple formé par Ernest Cognacq et son épouse Marie-Louise Jaÿ constitue un remarquable exemple d'ascension sociale liée à l'essor des grands magasins à la fin du XIXe siècle.
Le musée Cognacq-Jay fut inauguré le 4 juin 1929 au 25 boulevard des Capucines près de la Samaritaine de Luxe, fermée depuis 1981. En 1986, il est décidé du transfert des collections du musée vers l'hôtel Donon qui devait être rénové. Le musée du boulevard des Capucines a donc fermé ses portes le 27 juin 1988. Situé dans le quartier du Marais, le nouveau musée Cognacq-Jay est ouvert au public depuis le 18 décembre 1990.
Ontrouve dans ce musée un ensemble d'œuvres et d'objets d'art comptant environ 1.200 numéros, ce qui en fait un petit musée, mais d'une grande variété: on y trouve des peintures, des sculptures et des dessins, mais aussi des meubles, des porcelaines et toute sortes d'objets de vitrine.






  Musée Galliera

Le Palais Galliera, Musée de la Mode de la Ville de Paris, est un musée français de la ville de Paris situé dans le palais de la duchesse de Galliera qui fut édifié entre 1878 et 1894 par l'architecte Léon Ginain dans le seizième arrondissement de Paris.
Le musée est ouvert au public lors d'expositions temporaires — deux fois par an en moyenne — d'une durée d'environ quatre à six mois chacune. Il n'y a pas de présentation permanente des collections pour des raisons de conservation.
Le musée de la Mode a été inauguré en 1977. Il fait revivre l'histoire de la mode lors de prestigieuses expositions temporaires, permettant au public de découvrir une partie d'un fonds riche de 90.000 pièces : les somptueux habits des XVIIIe et XIXe siècles comme les œuvres des grands couturiers et créateurs gardent la mémoire de trois siècles de mode. Bijoux, cannes, chapeaux, chaussures, sacs, éventails, gants, ombrelles et parapluies complètent les collections, avec également des archives de photographies comme celles d'Henry Clarke reçues en 1997.






  Musée Jean Moulin - Musée du Général Leclerc et de la Libération de Paris

Le Mémorial-Musée retrace l'action de deux figures emblématiques de la Seconde Guerre mondiale, le général Leclerc, le Français libre et Jean Moulin, le chef de la Résistance intérieure. L'action de l'un et de l'autre a été mise en perspective dans un parcours périphérique expliquant pour le premier, le contexte extérieur de la Seconde Guerre mondiale sous trois aspects : les Forces Françaises Libres, les Alliés, l'Axe (c'est-à-dire les belligérants, Rome, Berlin, Tokyo) ; pour le second, en montrant le contexte intérieur de la France : les Résistances, Paris, Vichy et l'occupant. Le visiteur peut découvrir à son gré, le parcours central puis le parcours périphérique ou sinuer entre les vitrines, du centre vers l'extérieur .






  Maison de Victor Hugo

Victor Hugo a trente ans quand il s’installe au 2ème étage étage de l’Hôtel de Rohan–Guéménée avec sa femme Adèle Foucher et leurs quatre enfants : Léopoldine, Charles, François–Victor et Adèle.
1902, année du centenaire de la naissance de Victor Hugo, marque la fondation du musée à la suite de l’importante donation faite à la Ville de Paris par Paul Meurice.
Chaque année, des expositions mettent en valeur l’œuvre du poète en collaboration avec de nombreuses et prestigieuses institutions françaises et étrangères comme Le Louvre, le Musée d’Orsay, le musée Rodin, la Bibliothèque nationale de France, le Musée National d’Art Moderne et avec de grandes galeries et collections particulières.






  Maison de Balzac

Nichée sur les coteaux de Passy, la Maison de Balzac est la seule des demeures parisiennes du romancier qui subsiste aujourd’hui.
C’est dans le cabinet de travail que Balzac a corrigé, de 1840 à 1847, l’ensemble de La Comédie humaine et a écrit quelques-uns de ses chefs-d’oeuvre.
Le Musée présente des souvenirs personnels de Balzac, des tableaux, gravures et objets relatifs à ses proches et à ses contemporains, ainsi qu’un grand nombre d’éditions originales, manuscrits et illustrations. En 2012, la Maison de Balzac a bénéficié de travaux de mise aux normes qui ont permis de moderniser la présentation.






  Catacombes de Paris

Véritable labyrinthe au cœur du Paris souterrain, les Catacombes ont été aménagées dans les galeries d’anciennes carrières dont les pierres servirent à la construction de la capitale.
À 20 mètres sous terre, l’ossuaire rassemble les restes d’environ six millions de Parisiens, transférés entre la fin du XVIIIe siècle et le milieu du XIXe siècle, au fur et à mesure de la fermeture des cimetières pour raison d’insalubrité – le premier fut le cimetière des Innocents dans l’actuel quartier des Halles en 1785.
Le long d’un enchevêtrement de galeries obscures et de couloirs étroits, le visiteur découvre une mise en scène de la mort avec les ossements disposés en un décor romantico-macabre. "Arrête, c’est ici l’empire de la mort" : placé à l’entrée de l’ossuaire, cet alexandrin ouvre une longue série de sentences, poèmes et autres textes profanes ou religieux, qui ajoutent une dimension méditative au parcours. Ce site original restitue de manière émouvante l’histoire des Parisiens et invite à un voyage hors du temps.






  Musée des Égoûts de Paris

La visite des Égoûts de Paris s'effectue, pendant 1 heure environ, au travers de galeries aménagées qui permettent de faire découvrir aux visiteurs une partie du réseau d'égouts.
La visite est organisée au coeur du réseau et l'on peut y voir le collecteur de l'avenue Bosquet, l'égout élémentaire de la rue Cognacq-Jay, le déversoir d'orage de la place de la Résistance ou encore le point de départ de l'émissaire sud qui emmène une partie des eaux usées de la rive gauche vers la station d'épuration d'Achères.
En outre, de nombreuses maquettes ou engins réels utilisés hier comme aujourd'hui sont exposés tout au long des salles aménagées et des couloirs du circuit de visite. On peut ainsi découvrir un "wagon-vanne" pour le curage des égouts, un "bateau-vanne" qui opère dans les grands collecteurs ou bien encore une ancienne pompe de relevage des eaux.






  Le Pavillon de l'Arsenal

Créé en 1988, le Pavillon de l'Arsenal, Centre d'information, de documentation et d'exposition d'Urbanisme et d'Architecture de Paris et de la métropole parisienne, est un lieu unique où l'aménagement de la ville et ses réalisations architecturales sont mis à la portée de tous.
Au moment où les questions urbaines sont au cœur de l'actualité, il est essentiel que ces questions fassent l'objet d'une présentation pédagogique, attractive et génératrice de débats, permettant au citoyen de se situer au cœur du processus de la création architecturale et urbaine.
Exposer l'urbanisme et l'architecture parisiens, documenter le plus précisément possible les visiteurs, éditer des livres de références sur des thèmes touchant à notre quotidien, donner la parole aux multiples acteurs qui font la ville, sont les actions mises en place par le Pavillon de l'Arsenal afin de permettre à un large public de comprendre l'évolution de Paris et ses projets. Le maintien des grands équilibres de Paris passe aujourd'hui par la pratique d'un urbanisme de proximité, enrichi par le dialogue et la concertation.






Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris

Petit Palais

Musée Carnavalet

Musée Cernuschi

Musée Bourdelle

Musée Zadkine

Musée de la Vie Romantique

Musée Cognac-Jay

Musée Galliera

Musée Leclerc - Musée Jean Moulin

Maison Victor Hugo

Maison de Balzac

Catacombes de Paris

Musée des Égouts de Paris

Pavillon de l'Arsenal