Société des Amis de la Bibliothèque Forney




EXPOSITIONS EN ESSONNE


Les expositions sont classées par date de clôture.


Cliquez sur le lien suivant et retrouvez les
Musées en Essonne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maison pour tous, Ollainville - Exposition : Florence Martini

1er au 25 avril 2014
Maison pour tous, Ollainville
Exposition : Florence Martini


Après avoir suivi des études de graphisme, Florence Martini s'est orientée vers une école de communication visuelle, avant d’exercer pendant dix années dans la communication d’entreprise en tant qu’infographiste. En 2002, elle découvre l’univers du pastel et réalise de nombreux portraits, des regards... Convaincue qu'un bon dessin doit véhiculer un sentiment, elle évoque au travers de ses œuvres le bonheur comme la tristesse, la sérénité comme la passion. Le pastel est pour elle plus qu’un outil, il est sensible, tactile et doux. Il est devenu son médium de prédilection. En 2006, son chemin croise celui de Nacéra. Une rencontre qui lui a donné l’envie d’exprimer sa sensibilité dans une nouvelle dimension. Par la sculpture, son esprit, ses mains font corps avec la matière sans autre intermédiaire. D’une ligne ou d’un mouvement naissent une émotion, la terre s’anime, prend soudainement vie pour devenir autre chose. Un dialogue s’opère avec la terre devenue son moyen d’expression favori, donnant libre cours à sa créativité.


MJC Cyrano, Gif-sur-Yvette - Exposition : Henry Thurel, Réflexions de femmes

19 mars - 28 avril 2014
MJC Cyrano, Gif-sur-Yvette
Exposition : Henry Thurel, Réflexions de femmes


Photographe publicitaire, à l’issue de l’école Vaugirard (Ecole Nationale de la Photographie), il crée son propre studio. Depuis 25 ans au service de l’image des entreprises (Renault, Microsoft, Norton-Symantec, Xerox, Lexmark, Millipore, Soviba), Henry Thurel aime satisfaire les directeurs artistiques les plus exigeants, en studio ou sur site, par sa précision et son expérience de la prise de vues et la mise en lumière


Espace Déclic, Étampes - Exposition : Guillaume Baychelier, Still life 407

5 avril - 7 mai 2014
Espace Déclic, Étampes
Exposition : Guillaume Baychelier, Still life 407


I.R.M., scanners, échographies, radiographies, etc., l’imagerie médicale hante notre quotidien. Ces images d’un genre nouveau, portées par l’essor du numérique, se déploient dans notre univers visuel sans que nous y prenions vraiment gare. Pourtant, celles-ci sont loin d’être anodines. Elles redessinent les frontières de notre corps et modèle la vision que nous avons de nous-même. Par elles, de manière presque intime, nous accédons à notre anatomie, à ce qu’elle nous cache, nous en mesurons la réalité, à tout le moins, une réalité. Car pour qui n’a pas étudié la médecine moderne, ces images sont avant tout énigmatiques, porteuses d’un imaginaire tour à tour sourd et inquiétant ou magique et fascinant. Ces images offrent à qui veut bien faire abstraction de leur potentiel médical et pathologique un support inédit à des rêveries artistiques. C’est sous cet angle que Guillaume Baychelier développe pour partie son travail artistique récent. En confrontant images numériques et techniques traditionnelles, ce travail s’inscrit dans une longue tradition de représentation du corps humain et de son imaginaire, tout en la nourrissant de ces nouvelles images fantomatiques qui dessinent notre savoir comme nos peurs contemporaines. Ce qui se joue ici, c’est un basculement de la science à l’imaginaire, de la représentation médicale à la représentation artistique. C’est dans un élan volontairement pseudo-scientifique, en se jouant des codes du savoir, en en utilisant les méthodes et les procédés techniques qu’il invente sa propre grammaire anatomique ; alternative, fantasque et esthétique. C’est l’imagination à l’oeuvre, le retour de l’imaginaire au coeur d’un savoir qui se voudrait parfaitement rationnel. Ainsi, rien n’échappe à la possibilité de devenir oeuvre, de nos cellules microscopiques à notre environnement démesuré : de l’infime intime à l’immense presque illimité.


Musée intercommunal d’Étampes - Exposition : Guillaume Baychelier, Still life 407

5 avril - 7 mai 2014
Musée intercommunal d’Étampes
Exposition : Guillaume Baychelier, Still life 407


I.R.M., scanners, échographies, radiographies, etc., l’imagerie médicale hante notre quotidien. Ces images d’un genre nouveau, portées par l’essor du numérique, se déploient dans notre univers visuel sans que nous y prenions vraiment gare. Pourtant, celles-ci sont loin d’être anodines. Elles redessinent les frontières de notre corps et modèle la vision que nous avons de nous-même. Par elles, de manière presque intime, nous accédons à notre anatomie, à ce qu’elle nous cache, nous en mesurons la réalité, à tout le moins, une réalité. Car pour qui n’a pas étudié la médecine moderne, ces images sont avant tout énigmatiques, porteuses d’un imaginaire tour à tour sourd et inquiétant ou magique et fascinant. Ces images offrent à qui veut bien faire abstraction de leur potentiel médical et pathologique un support inédit à des rêveries artistiques. C’est sous cet angle que Guillaume Baychelier développe pour partie son travail artistique récent. En confrontant images numériques et techniques traditionnelles, ce travail s’inscrit dans une longue tradition de représentation du corps humain et de son imaginaire, tout en la nourrissant de ces nouvelles images fantomatiques qui dessinent notre savoir comme nos peurs contemporaines. Ce qui se joue ici, c’est un basculement de la science à l’imaginaire, de la représentation médicale à la représentation artistique. C’est dans un élan volontairement pseudo-scientifique, en se jouant des codes du savoir, en en utilisant les méthodes et les procédés techniques qu’il invente sa propre grammaire anatomique ; alternative, fantasque et esthétique. C’est l’imagination à l’oeuvre, le retour de l’imaginaire au coeur d’un savoir qui se voudrait parfaitement rationnel. Ainsi, rien n’échappe à la possibilité de devenir oeuvre, de nos cellules microscopiques à notre environnement démesuré : de l’infime intime à l’immense presque illimité.


Grande Galerie de l’Espace Culturel Condorcet, Viry-Châtillon - Exposition : Mon œil !

5 avril - 10 mai 2014
Grande Galerie de l’Espace Culturel Condorcet, Viry-Châtillon
Exposition : Mon œil !


L’exposition Mon œil ! se tient à la Grande Galerie de l’espace culturel Condorcet, jusqu’au 10 mai. L’occasion de découvrir – entre autres artistes - François Vogel, associé à l’événement, et ses dispositifs inventifs, qui nous entraînent dans l’illusion... L’exposition est placée sous le regard et la perception… L’objectif ? Étonner, émouvoir et surprendre avec la vidéo, la photographie et des installations. Avec un regard créatif et esthétique, porté sur les images réelles ou virtuelles, images trafiquées ou images vérité, les artistes présents à la Grande galerie de l’Espace culturel Condorcet innovent, provoquent, et nous font partager leurs rêves et inquiétudes…


Domaine de Chamarande - Exposition : Kôichi Kurita

9 mars - 11 mai 2014
Domaine de Chamarande
Exposition : Kôichi Kurita


Depuis trente ans, Kôichi Kurita parcourt le Japon pour récolter des échantillons de terres ; son champ d’investigation s’est progressivement élargi à tous les continents, et notamment aux sols français. Ce sont des terres qu’il trie, nettoie, pile, conditionne et légende. Il constitue ainsi une collection de terres du monde. Invité en résidence sur le Domaine de Chamarande, de mai à juillet 2013, l’artiste a profité de son séjour pour sillonner toute l’Île-de-France, et réaliser une série sur notre région. Sont abordées les questions de paysage et de territoire, mais aussi les rapports à la terre, au voyage et à l’humilité de l’homme face à la nature. À l’Orangerie est présentée cette collection inédite de sols franciliens. Photographies et vidéos, produites au cours de la résidence, viennent compléter la démarche, en regard d’une série de cartes postales empreintes de pastilles de terre que l’artiste a adressées au Domaine depuis mai 2013 et qui retracent ses pérégrinations.


Musée Passager - Étape Evry

26 avril - 11 mai 2014
Musée Passager
Étape Evry, Place des Droits de l’Homme et du Citoyen


La Région Île-de-France s’est fixée comme objectif de permettre l’accès à la culture pour l’ensemble des Franciliens. Elle souhaite également faire de la culture un pilier de développement régional, en appliquant une exigence artistique poussée, ainsi qu’en imposant une diversité et une lisibilité à ses actions. Pour donner forme à ces ambitions, la Région Île-de-France lance Le musée passager, une manifestation itinérante construite autour de la création contemporaine. Sa création et son organisation ont été confiées aux Ateliers Frédéric Laffy et à l’architecte Philippe Rizzotti. Pendant quatre années, de 2014 à 2017, Le musée passager va parcourir 25 villes à travers l’Île-de-France, en stationnant une quinzaine de jours à chaque étape. Pour l’année 2014, les territoires de Saint Denis, Evry, Mantes La jolie et du SAN du Val d’Europe accueilleront le musée d’avril à juin. Suggérer les sensations, aiguiser les curiosités, amener par des voies détournées, accompagner par des démarches pédagogiques, agir collectivement, s’ouvrir aux diverses expressions, épouser les médias modernes sont les conditions essentielles de la réussite de ce projet.


La Commanderie Saint-Jean, Corbeil-Essonnes - Exposition : L’œil urbain 2014

4 avril - 18 mai 2014
La Commanderie Saint-Jean, Corbeil-Essonnes
Exposition : L’œil urbain 2014


Selon l’ONU, pour la première fois en 2007, la population mondiale vivant dans des agglomérations a dépassé celle des zones rurales. En 2050, le taux d’urbanisation devrait atteindre plus de 69 %. L’œil Urbain a choisi de vous montrer via la photographie, l’un des médias le plus employé, comment nous vivons, que nous venions du bout de la rue ou du bout du monde. Pour cela, quel meilleur moyen que de rencontrer ceux qui sont aux premières loges de ces mutations. Des auteurs qui nous racontent leur vision personnelle de la « cité », des travaux documentaires au long cours, ou encore le quotidien vécu par les photojournalistes. Pour poursuivre la découverte des « territoires » et de la photographie, une librairie éphémère sera présente. Pour cette première édition, nous vous emmènerons dans des mégapoles asiatiques, en passant par l’Europe, les états-Unis ou tout près dans l’Essonne, autour d’expositions et de projections "interactives".


Médiathèque Hélène Oudoux, Massy - Exposition : Gérald Bloncourt, Pour une vie meilleure

25 avril - 24 mai 2014
Médiathèque Hélène Oudoux, Massy
Exposition : Gérald Bloncourt, Pour une vie meilleure


Gérald Bloncourt est poète, photographe, peintre, écrivain et militant révolutionnaire. Haïtien, il est arrivé à Paris en 1946 et s’est intéressé, entre autres, à l’immigration portugaise et la Révolution des Œillets. Il a suivi de nombreux exilés à travers les Pyrénées ou dans les bidonvilles franciliens, qui ont fui la misère et la dictature. Cette exposition retrace la vie parfois difficile de ces personnes qui ont souhaité une vie meilleure.


Musée Robert Dubois-Corneau, Brunoy - Exposition : Brunoy sur plaques de verre, Photographes amateurs à la Belle Epoque

8 février - 1er juin 2014
Musée Robert Dubois-Corneau, Brunoy
Exposition : Brunoy sur plaques de verre, Photographes amateurs à la Belle Epoque


Au tournant du XIXe siècle, à la faveur des récents progrès techniques qui leur rendaient la photo accessible, de nombreux amateurs brunoyens se sont emparés de ce médium pour fixer sur plaques de verre des instantanés de vacances, des portraits de famille, des scènes de la vie quotidienne ou des paysages. L’exposition réunit un ensemble d’images, pour la plupart inédites, issues des fonds du musée et d’archives privées. Le parcours de l’exposition s’achève sur l’installation Prenez bien soin de vos souvenirs, de Gaëlle Doret. Le dispositif créé par la plasticienne est composé de photographies anciennes découpées et d’une vidéo visible par une seule personne à la fois, permettant une immersion personnelle du spectateur.


Domaine de Soucy, Fontenay Les Briis - Exposition : Valérie Belmokhtar, Sweet Dreams

16 mai - 1er juin 2014
Domaine de Soucy, Fontenay Les Briis
Exposition : Valérie Belmokhtar, Sweet Dreams


La Communauté de Communes du Pays de Limours vous présente l’exposition "Sweet Dreams" par Valérie Belmokhtar. Peintures, gravures et dessin forment l’ensemble de ses productions récentes et pièces plus anciennes, faisant référence à un monde imaginaire, rêvé et intérieur. L’artiste explore ici le geste en peinture, autour du travail sur le thème des Robes, contenant onirique de couleurs et de matières, puisant son inspiration dans les motifs, les plantes et le temps qui passe.


Hôtel Anne-de-Pisseleu, Etampes - Exposition : Marcel Soyez

9 avril - 5 juin 2014
Hôtel Anne-de-Pisseleu, Etampes
Exposition : Marcel Soyez


"L’aventure picturale de Marcel Soyez débute il y a cinquante ans dans les ateliers de l’Ecole des Métiers d’Art où, entré dans le monde du travail, Marcel Soyez, graphiste, coloriste, compositeur d’espaces et communicateur visuel, consacrera longtemps ses talents à la création d'expositions. Parallèlement, il fera bénéficier de son expérience des générations d'élèves."... Jacques Daynié
Ses maîtres sont Aujame, Guillemard, Fleury et Depierre. Il participe à de nombreuses expositions collectives à Paris, région parisienne et en Région Centre. C’est à Paris qu’il reçoit des prix prestigieux comme le prix Brisson-Drucker au Salon Violet et les prix Taiyo Bijutsu, Rosa Bonheur puis les médailles de bronze et d’argent au Salon des Artistes Français. Il en reçoit aussi régulièrement dans des salons en région parisienne, ainsi qu’en Allemagne. Il est en permanence à la galerie Aljanvic à Gif-sur-Yvette. Ses œuvres se retrouvent chez des collectionneurs en Allemagne, aux Etats-Unis et au Canada. En France, ses œuvres sont acquises en particulier, par la fondation H.P. France et le musée d’Etampes.


MJC Cyrano, Gif-sur-Yvette - Exposition : Prin(t)emps de Graveurs

30 avril - 7 juin 2014
MJC Cyrano, Gif-sur-Yvette
Exposition : Prin(t)emps de Graveurs


Avec : Claude Arnould, Anne-Marie Bavoux, Liliane Bergeal, Klasien Boulloud, Philippe Defrance, Jeanne Deiss, Sophie Dressler, Neige Elbaum, Jean-Claude Fleury, Francine Grosdidier, Bernard Guiard, Chantal Laroche, Ghislaine Martin, Claude Roux, Isabelle San Martin, Patricia Sarne.


Espace Jean Carmet, Étampes - Exposition : Aurélie Lacaille

16 avril - 26 juin 2014
Espace Jean Carmet, Étampes
Exposition : Aurélie Lacaille


Peinture - Dessin - Musique


Médiathèque Les Lavandières, Leuville-sur-Orge - Exposition : La Première Guerre Mondiale 1914-1918

23 avril - 16 juillet 2014
Médiathèque Les Lavandières, Leuville-sur-Orge
Exposition : La Première Guerre Mondiale 1914-1918


Le 1er août 1914, la France répond à la menace des Allemands : le pays agira "selon ses intérêts". La mobilisation générale est lancée. Les Français croient à une guerre courte, le conflit sera long, des millions de soldats et de civils périront dans cette Grande Guerre. En 1917, les Alliés bénéficient de l'aide des Américains et triomphent de l'ennemi en 1918...


Propriété Caillebotte, Yerres - Exposition : 40 chefs d’œuvre impressionnistes de Gustave Caillebotte

9 mars - 20 juillet 2014
Propriété Caillebotte, Yerres
Exposition : 40 chefs d’œuvre impressionnistes de Gustave Caillebotte


Pour la première fois, près de 40 chefs d’œuvre de Gustave Caillebotte vont être présentés dans sa propriété yerroise, où ils ont été peints. Ce grand rendez-vous de l’impressionnisme est d’autant plus exceptionnel, que ces œuvres n’ont, pour la plupart, jamais ou très peu été exposées au public. Les plus grands musées du monde se sont associés à cet évènement culturel majeur de l’année 2014. Ainsi, près de 40 tableaux issus des collections de la National Gallery de Washington, du Art Museum de Milwaukee, de l’Indiana University Art Museum de Bloomington, du Musée des Beaux-Arts de Rennes et des Musées d’Orsay et Marmottan Monet à Paris seront présentés aux côtés des oeuvres prêtées par la famille même de l’artiste et par des collectionneurs privés.


Musée du Château, Dourdan - Exposition : La Fête au Moyen-Âge

5 février - 31 août 2014
Musée du Château, Dourdan
Exposition : La Fête au Moyen-Âge


Le château de Dourdan fait revivre les fêtes du Moyen Âge. À l'époque, les célébrations religieuses rythment le calendrier et un jour sur trois est chômé. Les fêtes sont aussi profanes : personnelles, communautaires, villageoises ou politiques. Elles donnent lieu à des processions, des tournois et des festins, où troubadours, jongleurs et ménestrels font entendre leurs plus beaux airs. Au pied d'un mât de cocagne, au cœur d'un charivari ou d'une farandole, la fête des fous, de l'âne ou de la Saint-Jean sont autant d'occasions pour la population de se retrouver et de profiter d'une vie qu'elle sait précaire. Autour de l'exposition sont organisés des visites et des ateliers pédagogiques (création de masques, musique médiévale).


Château, Parc et Orangerie du Domaine de Chamarande - Exposition : Vivre(s)

24 mai - 26 octobre 2014
Château, Parc et Orangerie du Domaine de Chamarande
Exposition : Vivre(s)


Artistes : Maria Therezia Alves, Paul Ardenne, Michel Blazy, Thierry Boutonnier, Andrea Caretto et Raffaella Spagna, Cédric Carles et Marie Boussard, Damien Chivialle, Minerva Cuevas, Élodie Doukhan et Nicolas Mussche, Isabelle Daëron, Olivier Darné + Parti poétique, collectif FutureFarmers, Fernando Garçía-Dory, Newton et Helen Mayer Harrison, Pauline Horovitz, Suzanne Husky, Matthew Moore, Mika Rottenberg, collectif SAFI, collectif Les Saprophytes, Erik Sjödin, Åsa Sonjasdotter, Tchif, Rirkrit Tiravanija, Barthélémy Toguo, Katharina Unger et Astrid Verspieren.
De festins en collations, d’excès en régime, de gastronomie en junk food, du cycle des courses à celui des cultures, de la recherche d’argent pour se sustenter au besoin de jeter ses déchets, l’alimentation structure la vie de quelque sept milliards d’humains. Qu’elle symbolise une table dressée pour un banquet gargantuesque ou un estomac creusé par la faim. La part sombre de l’alimentation prend le visage de 868 millions d’individus qui ne mangent pas à leur faim, et plus du double qui est en surpoids. La production alimentaire, quoiqu’indispensable, reste le premier facteur de destruction de notre environnement, en ce qu’elle hypothèque la biodiversité, accélère le réchauffement climatique, décuple la pollution chimique et érode les sols. L’humanité consomme, au sens propre comme figuré, le monde.