Société des Amis de la Bibliothèque Forney




BERNARD VILLEMOT
Peintre en affiches
(1911-1989)


Du 18 septembre 2012 au 5 janvier 2013
Communiqué de Presse
Dossier de Presse
Vidéo sur l'exposition
Liens
En Vue



Expo Villemot


Thierry Devynck

Article de Thierry Devynck (Conservateur à la Bibliothèque Forney), paru dans la revue SABF (Sté des Amis de la Bibibliothèque Forney) 2012 - Bulletin n° 193

Parmi les affichistes français de l'après-guerre, Bernard Villemot est probablement le plus peintre. ll est sans doute le dernier représentant de l'affiche décorative. Son milieu d'origine de bourgeoisie artiste favorise sa vocation. Jean Villemot, son père, est un dessinateur humoristique célèbre. Les premiers travaux de Bernard Villemot seront des dessins amusants qu'il publie très tôt dans les petits journaux. Suivra la rencontre avec l'affiche, qu'il considère comme une dépendance de la peinture. A la différence d'un Paul Colin ou d'un Savignac, Villemot ne nous a pas laissé de livre de souvenirs et de doctrine expliquant ses choix et ses préférences.
Davantage sans doute que l'art de Cappiello, ses modèles dans l'affiche française sont Paul Colin et Charles Loupot (Colin, l'affichiste peintre et le Loupot pictural de la première période). Cassandre et Jean Carlu, plus tenants du Graphic design et de la typographie, ne semblent pas avoir exercé la même influence sur lui.

À partir de 1932, Bernard fréquente l'école de Paul Colin, qui l'a beaucoup inspiré, mais ses maîtres en dehors de l'affiche sont d'abord les peintres : Matisse surtout, et des artistes plus mineurs comme Georges Mathieu. D'autres influences transparaissent : Marc Chagall, Raoul Dufy principalement, Nicolas de Staël aussi, Christian Bérard peut-être. Tout confrère qu'il se sente de ces figures, Villemot n'oublie jamais la contrainte commerciale et sait que l'affiche doit rester le support d'un message intéressé. Mais comme artiste, il veut qu'elle soit d'abord un spectacle et un don.






Expo Villemot                  Expo Villemot


Dans les années soixante, Bernard Villemot est au sommet de sa réputation, et il en a le meilleur emploi. Les bons annonceurs lui laissent souvent les coudées franches. L'affaire consiste à construire à partir de rien ou de très peu de chose une figure que le public associera à la marque et dont elle deviendra inséparable. Cette imagerie lui donnera sa chair et son épaisseur, qui fait exister la marque dans l'esprit des gens.
Seul un artiste de grand talent pouvait bâtir sur une pelure de fruit (une épluchure !) l'identité visuelle d'un produit comme Orangina, et faire sa fortune (la pelure Villemot conquiert à présent le Japon).Les annonceurs qui seraient hostiles à sa vision des choses, ou n'aimeraient pas son style, peuvent bien aller voir ses confrères. On a en France dans cette période un large choix d'affichistes aux talents divers : Charles Loupot (actif jusqu'à la fin des années cinquante), Raymond Savignac, Hervé Morvan, Guy Georget, René Gruau, etc. Il semble, en résumé, que l'époque ait préféré le talent à la nudité graphique, cela du moins jusqu'à la fin des années soixante.

L'opposition entre la mission pratique de l'affiche et sa valeur artistique n'est qu'apparente. Elle ne va nullement de soi et l'art de Bernard Villemot, comme celui des autres grands affichistes, démontre par l'exemple que ce faux problème est fait pour être dépassé. De ce point de vue, Bernard Villemot a montré dans sa longue carrière qu'il était à la hauteur de sa tâche commerciale, à la fois difficile et simple.
Son art a sans doute pãti d'avoir connu trop tôt sa forme achevée. Dans les années soixante-dix, il est toujours en quête de renouvellement, mais à sa manière et dans la continuité d'un univers plastique personnel qui pouvait paraître fermé, vu du dehors.






Expo Villemot                  Expo Villemot


Du côté de ce qu'on appelle la réception de l'œuvre, la manière d'un peintre, par quoi il parut si artiste en son temps, peut devenir la cause de sa ruine. Ainsi de Georges Mathieu, l'une des admirations de Villemot, ainsi de Villemot lui-même, dans une moindre mesure, qui dut comprendre à ses dépens combien dans les années soixante l'affiche peinture paraissait démodée aux yeux de la nouvelle génération de ses confrères. À une époque de fermentations, où l'atmosphère était à la contestation de l'ordre social, le style cossu de Bernard Villemot le désignait comme un parfait repoussoir. Une génération a passé depuis la mort de Villemot, le temps de la décantation nécessaire pour voir d'un œil vivant cet art devenu patrimonial, et marchand d'une autre manière (le commerce de l'affiche de collection). L'intérêt pour l'artiste s'étend aujourd'hui bien au-delà de nos frontières.
Cette exposition sera l'occasion de redire toute notre reconnaissance à M. Christian Villemot, fils de l'artiste, qui a offert à notre bibliothèque un ensemble considérable d'affiches et de maquettes de son père.

Thierry Devynck (Conservateur à la Bibliothèque Forney)

Retrouvez le catalogue de l'expo







LIENS

L'Intermède.com : rétrospectice Bernard Villemot à la BNF
Article de la revue Chroniques de la BNF pour l'exposition Villemot
Les Arts décoratifs
Wikipedia
Orangina
Advertisingtimes
Le Monde