Société des Amis de la Bibliothèque Forney




UN MAÎTRE DE L'ART NOUVEAU
ALPHONSE MUCHA
4 MARS AU 23 AVRIL 1966




Le Monde - 11 mars 1966

Un maître de l'art nouveau : Alphonse Mucha

L'art du Tchèque Alphonse Mucha (1860-1939), présenté en ce moment à Paris (Hôtel de Sens - 1, rue du Figuier 4ème, jusqu'au 23 avril - L'exposition a été réalisée par Mlle Andrée David, qui a rédigé les notices) recouvre les années 25 sans être ébranlé en rien par leurs problèmes. Il appartient à l'aspect de l' "Art Nouveau", qui a trouvé des solutions. C'est un artiste plein de certitudes comme Gaudi ou Guimard, mais dont l'originalité est de ne se fier qu'au décor en y mettant assez de ressources et d'animation pour que ce décor compte exclusivement.

Les compositions sur tissus, des l'entrée de la présentation au rez-de-chaussée de l'Hôtel de Sens, frappent par une apparente répétition de la figure centrale, toujours féminine. Mais le personnage ne tient qu'à son contour, et l'ornementation des marges le soutient et le diversifie presque à l'infini. Mucha n'a pratiquement travaillé que sur l'ornementation comme le démontrent les titres de ses publications dans une salle suivante : "Combinaisons ornementales", "Etudes des applications de fleurs", "Documents décoratifs", etc.

L'univers des formes ne défile que dans l'environnement d'une silhouette centrale qui peut être Printemps ou Eté selon les fleurs qui s'enroulent autour d'elle. Sarah Bernhardt sera, de même, tantôt Médée, tantôt la Samaritaine : il suffit d'un bijou en forme de serpent à son poignet ou de caractères vaguement hébraïques derrière la tête. Inversement, les thèmes publicitaires ou symboliques les plus divers trouvent une unité dans la figure féminine centrale, qu'une grappe, un biscuit ou une floraison de lys dédient au champagne, à la fabrique Lefèvre-Utile ou à la pureté.

C'est dire que le talent de Mucha le porte naturellement à l'affiche, à l'illustration et à la décoration. Son dessin s'attache au mouvement et aux combinaisons de rythmes des végétaux avec une espèce de génie : la fleur du datura sort d'une arabesque tourbillonnante de tiges et de feuilles où surgissent des roses trémières, où passent aussi des baies de groseilles et des boules d'hortensias.

C'est la surface qui compte, même quand il est question d'objets dans l'espace. Les deux paons de cuivre du musée Carnavalet, l'un de face, l'autre de profil, sont incrustés de pâtes de verre dont la couleur et l'épaisseur sont soigneusement prévues par un croquis : ces yeux font vivre le métal et transforment les oiseaux en bijoux.

Ce n'est pas par hasard que Mucha a besoin des pierres fines. Sa couleur est pauvre au point qu'il a été indispensable de placer ses œuvres sur un fond rouge vif. Mais il était à l'aise pour décorer la bijouterie de Georges Fouquet, rue Royale, en 1900.
P.-M. G.





Femme avec des marguerites d'Alphonse Mucha






Chronique des bibliothèques - Enssib - 1966

Exposition Alphonse Mucha

Du 3 mars au 23 avril s'est tenue à l'Hôtel de Sens une exposition sur Alphonse Mucha.
C'était la première manifestation française consacrée à un artiste du "Modern style" alors que des expositions s'étaient déjà tenues à Londres et à Bruxelles sur ce sujet.

La Bibliothèque Forney, riche en documents iconographiques sur l'art français du XIXe siècle, se trouvait toute désignée pour présenter un artiste qui a touché à toutes les branches de l'art décoratif : mobilier, bijoux, panneaux décoratifs, affiches, livres...

Né à Prague en 1860, Mucha est arrivé à Paris en 1892 et il devint, à partir de 1894, propagandiste attitré de Sarah Bernhardt. La première affiche composée en hauteur dans le style floral pour Gismonda, pièce de Victorien Sardou, fit sensation.

La Bibliothèque Forney a pu présenter, outre les documents de son fonds, un grand nombre de dessins originaux prêtés par le fils de l'artiste, Jiry Mucha.

La Bibliothèque nationale et la bibliothèque de l'Arsenal ont aussi apporté leur concours à cette exposition, mais surtout le musée Carnavalet, qui a sorti de ses réserves deux magnifiques paons en cuivre doré qui ornaient jadis la boutique du bijoutier Georges Fouquet, rue Royale, boutique dont le décor avait entièrement été conçu par Mucha.



New York Herald Tribune du 12 avril 1966

A show more in tune with the spring season is devoted to the art nouveau work of Alphonse Mucha. The severe architecture of the Hôtel de Sens is an accommodating background for his elaborate style.
The collection of posters, photographs, jewelry, and even metal peacock-lanips has a gay, reminiscent air about it.
Mucha was justifiably the most famous illustrator-artist of the Belle Epoque, for his style suited perfectly the tempo of the times.
Once again on view is the serpent-bracelet that Mucha designed for Sarah Bernhardt.

(1 Rue du Figuier, Tues. through Sat., 1:30 to 7 p.m., entrance 2 francs; through April 23.)


Bracelet-Serpent de Mucha





Plaisir de France - 1966

Exposition Alphonse Mucha

Dans l'ancien Hôtel des Archevêques de Sens, devenu "Bibliothèque municipale d'Art et d'lndustrie Forney", víent d'avoir lieu une exposition de l'œuvre d'Alphonse Mucha. Artiste tchèque arrivé à Paris en 1887, celui-ci se voua à l'art publicitaire et fut un des plus prestigieux représentants du Modern style








Mucha


La Trappistine


Mucha






Chronique des Arts, mai-juin 1966

Exposition Alphonse Mucha, à l'Hôtel de Sens.

Présenter un adepte du modern-style dans un cadre médiéval peut paraitre une gageure. C'est pourtant ce qu'on vient de faire avec succès en exposant l'oeuvre de Mucha sous les voûtes gothiques de l'Hôtel des Archevêques de Sens.
Un habile éclairage mettait en valeur un art dont les sources archaïsantes sont indiscutables. L'ensemble soulignait le côté factice de ces affiches, de ces bijoux, de ces objets, dont le charme vient justement de leur rupture avec le réalisme de leur temps.
Revélé aux Parisiens par une affiche pour Sarah Bernhardt, le Tchèque Alphonse Mucha passait pour avoir été découvert par la grande comédienne qui se le serait attaché à prix d'or. En fait, il avait connu à Paris des années difficiles avant d'avoir inventé ces grandes compositions à l'esprit de l'art nouveau.

L'exposition de l'Hôtel de Sens montre les limites d'un style qui se répète un peu et qui joue avec un étroit répertoire d'entrelacs et de demi-teintes. Mais du moins, Mucha représente-t-il une réussite dans un domaine qui comporte tant d'oeuvres discutables.
Parce que le fils de l'artiste, qui vit toujours à Prague, a prêté des documents, des photos et surtout des dessins préparatoires, on suit la genèse des meilleures créations de Mucha. On peut affirmer désormais que dans le domaine de l'affiche tout au moins, elles marquent un goût.
Jacques Lethève





Alphonse Mucha




Gismonda avec
Sarah Bernhardt


La Samaritaine avec
Sarah Bernhardt


Lorenzaccio avec
Sarah Bernhardt






Revue Caractère - Mars 1966

Exposition Mucha

C'est la première fois qu'une exposition est entièrement consacrée à un artiste "modern style". Ce ne sera sans doute pas la dernière, car l'Art Nouveau (ou le style 1900) commence non seulement à être pris au sérieux, mais aussi à plaire, à être regardé comme une véritable forme d'art. Nous assistons aujourdhui à une violente réaction du public contre la froideur du cubisme et de l'art abstrait, en faveur de cet art qui s'est voulu le plus proche de la nature, dans ce qu`elle peut avoir de plus exubérant - et de plus gai.

Alphonse Mucha (1860-1939) est d'ailleurs loin d'être un méconnu. Artiste tchèque, ses affiches de style floral et byzantin, la plupart du temps en hauteur, éclatèrent à la fin du siècle à côté des Chéret et des Grasset. Qui ne connaît d'ailleurs sa fameuse affiche pour le papier à cigarettes Job [...], considérée à juste titre comme l'un des "classiques" de l'art 1900 ?

L'intérêt de cette exposition est de réunir près de 200 pièces, affiches imprimées voisinant avec les dessins originaux de même format. On comprend mieux, en les voyant ainsi rapprochés, le souci de Mucha de cerner les couleurs par un trait délibéré, à une époque où Cappiello n”avait pas encore imposé sa palette de couleurs et où les imprimeurs ne connaissaient que la gamme des couleurs primaires.

La remarquable unité de son œuvre rappelle aussi que Mucha fut également un artiste sans concession, malgré l'extraordinaire abondance de ses productions. En fait, aucun secteur de l'art décoratif ne lui a été étranger, et c'est une occasion rare qui nous est offerte de voir ici réunis les bijoux extravagants qu'il dessina pour Sarah Bernhardt, ou les pièces magnifiques (paons ocelés de verres de couleurs, buste et le fameux panneau de bronze) seuls vestiges, mais inappréciables, de la bijouterie Fouquet, rue Royale, conçue entièrement par Mucha en 1900, l'année même de l'Exposition Universelle.

L'exposition est ouverte jusqu'au 23 avril, Hôtel de Sens, Bibliothèque Forney, 1, rue du Figuier, Paris 4e
Catalogue préfacé par Aragon.







Mucha


Mucha






Mucha


Mucha






Les Arts n° 1121 du 3 mars 1966

Alphonse Mucha

ADORABLE Mucha ! La féerie d'un style qui n'en fut vraiment jamais un se disperse en pierres précieuses, en lianes, en bronze d'art, comme dans le salon de quelque Madame Verdurin, aux heures où Proust étouffé par son asthme s'endort épuisé d'avoir rêvé d'orchidées bleues.

Il fallait être né en Europe Centrale, dans cette Autriche-Hongrie des séducteurs à favoris et à calèches pour inventer ainsi ce baroque modern style si proche des rêveries d'un Louis II de Bavière en ses châteaux et si proche aussi des désirs d'un Oscar Wilde. Il fallait aussi qu'il commençât par le théâtre, travaillât chez Kautsky, Burckhardt et Brioschi au Ring de Vienne avant de s'en aller parcourir le monde, protégé d'un comte hongrois et découvrir le Paris de Jean-Paul Laurens, de Serusier, de Gauguin, de Strindberg et de... Sarah Bernhardt.

L'âme tchèque est plus malléable qu”aucune autre et plus proche de Paris que de Berlin malgré les distances, Mucha se plaît infiniment dans une capitale au sommet du goût, 1894 est l'année où Sarah Bernhardt joue "Gismonda" de Victorien Sardou. L'affiche de Mucha pour la comédienne le rend célèbre en une nuit et d'année en année ils se resteront fidèles. C'est Mucha qui composa l'étonnant bracelet de Sarah-Médée où les opales sont si serpentines et les ors si enlaçants.

Mucha est partout, il lance avec talent les affiches pour le papier à cigarettes Job, les bières de la Meuse, le champagne, le lait Nestlé, les petits beurres Lu et... le premier mai (1899). Lorsque 1900 marque l'apogée de l'invention, du plaisir, de l'esprit - celui de Flers et Caillavet - Mucha, chevalier de la Légion d'honneur décore le pavillon de la Bosnie-Herzégovine (ô question d'Europe et des Balkans réunis !). Jamais les Etats-Unis où il ira enseigner ni son pays où il retournera pour y mourir en 1939, après avoir voulu en peindre l'histoire, ne lui apporteront autant que ce climat déliquescent des années dites de la Belle Epoque. Il était fait pour elle comme les tziganes à Brandebourg pour enlever les princesses, et les demi-mondaines pour croquer les fortunes.

Mucha tel un volubilis s'enroule aux fers forges torsadés des balcons de l'avenue Rapp. Les femmes qu'il dessine ont des langueurs imprévues et sentent le lait d'iris comme leur bain. ll est Paris et c'est la le miracle. Avec soixante ans de recul on perçoit encore la vibration de ce crayon qui n'hésite pas et glisse, glisse, si suave. si loin du réel, si près du songe.

J. B.







Alphonse Mucha au Musée Carvalet





Alphonse Mucha au Musée Carvalet






Les Nouvelles Littéraires - 10 mars 1966

MUCHA le "divin Morave"

Une exposition homogène, celle d'un style, d'un homme, d'un temps. C'est l'exposition d'Alphonse Mucha, installée jusqu'au 23 avril à l'Hôtel de Sens, par les soins de la Société des Amis de la Bibliothèque Forney.

Mucha, c'est l'auteur, l'inventeur d'une créature de rêve, vêtue d'étoffes baroques et somptueuses, une femme blonde au visage et aux formes pleines et fraîches, sertie de fleurs, casquée des volutes exubétants de sa chevelure.

L'exposition Mucha c'est un retour en arrière de plus d'un demi-siècle dans les riches enchantements de 1900 : La Belle Epoque. Laissons aux économistes chagrins le soin d'évoquer pour le même temps l'enfance ouvrière, le taudis et la misère, mais laissons aussi à un Mucha, qui en personnifie les rêves, ce titre qui lui convient si bien.

Qui était-il, d'où venait-il ? Né en 1860 en Moravie, Alphonse Mucha, après divers déboires, est engagé dans un théâtre de Vienne en qualité de décorateur. Hélas ! le Ring brûle et Mucha doit retourner dans son pays natal. Il rencontre alors son futur protecteur, le comte Khuen Belasi, qui l'engage pour décorer son château d'Emmahof. Puis, toujours grâce à Belasi, Mucha travaille pendant deux ans à Munich. Diplômé, il obtient encore de son bienfaiteur un séjour à Paris, où il va devenir un des meilleurs élèves de J.-P. Laurens. Le suicide de Belasi le laisse alors sans ressources.

Comment est-il entré en rapport avec Sarah Bernhardt ? La légende voudrait que l'actrice ait découvert le jeune homme en Bavière et l'ait ramené avec elle. La réalité, c'est le remplacement fortuit par Mucha d'un dessinateur tombé malade. À partir de ce jour, toutes les affiches de Sarah ont été créées par Mucha, ces affiches, d'une forme nouvelle, tout en hauteur où nous voyons Sarah en Lorenzaccio, en Dame aux Camélias, en Samaritaine, en Gismonda, en Médée. Cependant, pour elle, comme pour le papier à cigarettes Job, aux attaches méditerranéennes, Mucha abandonnera sa blonde aux mèches folles pour une brune à la chevelure parfois plus disciplinée mais toujours entourée de fleurs et d'attributs symboliques. Mucha croyait aux signes, aux médiums et ses formes féminines sont, malgré leurs rondeurs, plus éthérées que charnelles.

Mais l'exposition du "divin Morave" révèle encore d'autres aspects de son talent très divers. Nous y voyons un Mucha illustrateur de livres, créateur de tissus imprimés, de projets de monuments, d'objets décoratifs et surtout de bijoux compliqués un peu à la manière de Lalique.
Cependant, l'œuvre la plus oubliée de cet artiste, œuvre dont de nombreux éléments sont présentés pour la première fois, est certainement l'extraordinaire magasin du joaillier Georges Fouquet, alors situé 6, rue Royale. C'était un fabuleux décor, riche, tourmenté, avec sur la façade, entre les deux vitrines, une immense femme en cuivre patiné. À l'intérieur, dans des boiseries lovant leurs arabesques en relief au plafond, des meubles aux piétements extravagants et surtout, étranges, presque maléfiques, des paons de cuivre patiné, à l'immense panache semé d'ocelles de verres colorés, sculptés par Auguste Seysses, d'après les dessins de Mucha.

"Tout cela, dit Maurice Rheims, c'est à la fois oriental, barbare et raffiné. Cette femme, si particulière à Mucha, est en même temps si pleinement art nouveau, qu'on peut se demander s'il ne l'a pas inventée, et si la femme 1900 n'a pas essayé, avant tout, d'être un Mucha."
Claude Salvy







Mucha


Mucha






L'INAUGURATION DE L'EXPOSITION MUCHA
AVEC LOUIS ARAGON


Louis Aragon, Jacqueline Viaux (1), Jiri Mucha


Louis Aragon, Jacqueline Viaux (1), Jiri Mucha



(1)Jacqueline Viaux a été le conservateur en chef de la Bibliothèque Forney de 1961 à juillet 1980.




Louis Aragon avec Jacqueline Viaux


Louis Aragon





Louis Aragon


Jiri Mucha





Louis Aragon





Louis Aragon





Jiri Mucha avec Jacqueline Viaux





Jiri Mucha avec Jacqueline Viaux