Société des Amis de la Bibliothèque Forney




EXPOSITIONS EN LANGUEDOC ROUSSILLON


Les expositions sont classées par date de clôture.

Cliquez sur le lien suivant et retrouvez les
Musées de la Région Languedoc Roussillon





 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nimes, Carré d'Art - Exposition : Chorégraphies suspendues

21 février - 27 avril 2014
Carré d'Art, Nimes
Exposition : Chorégraphies suspendues


Huit artistes vietnamiens contemporains tissent un récit polyphonique qui propose d’autres scénarios, entre histoire coloniale, comportement collectif, système de classe et emprise de l’idéologie. L’exposition Chorégraphies suspendues bouscule les idées reçues sur les rapports entre le Vietnam et la scène internationale en mettant en lumière une communauté artistique qui dénonce la conscience historique souvent projetée sur son pays (culpabilité de la guerre, désir d’évasion touristique, nostalgie de l’époque coloniale). Le Vietnam est une nation, mais c’est aussi une mémoire, un paysage symbolique marqué par le conflit mondial du XXe siècle le plus souvent porté à l’écran, dans une perspective simplifiée, stéréotypée et constamment réitérée pour apaiser le sentiment de culpabilité entourant ce que les Vietnamiens appellent la "guerre américaine". Le Vietnam est longtemps resté le théâtre d’un ballet mouvementé de la politique mondiale. La population à la fois prudente et ouverte aux autres croit aux possibilités d’un lendemain qui se situe dans l’interstice entre le passé et l’espace du renouveau futur.


Carré Sainte-Anne, Montpellier - Exposition : L'œil et le cœur

24 janvier - 27 avril 2014
Carré Sainte-Anne, Montpellier
Exposition : L'œil et le cœur


Certains esprits peu enclins au songe y voient un désir obsédant d'éternité, la trace d'une fêlure ou d'un complexe, parfois même une pathologie. D'autres préfèrent parler de « doux rêveurs », évoquer une passion, une quête, une aspiration qui est celle de l'enfant imaginant que le monde recèle d'innombrables trésors à déterrer. Une chose est sûre. Sans ces francs-grippés de collection, comme on les surnommait au XVIIème siècle, nos musées seraient bien vides et nos artistes bien affamés. Quelles peuvent être les motivations profondes de ces personnages hors du commun, tour à tour agaçants et attachants, qui consacrent tant d'énergie à la recherche, à la poursuite d'œuvres chargées à leurs yeux d'une si haute valeur symbolique ?


Médiathèque du Grand Narbonne - Exposition : Céramiques musicales, Exposition de Marie Picard

8 au 30 avril 2014
Médiathèque du Grand Narbonne
Exposition : Céramiques musicales, Exposition de Marie Picard


Elle puise son inspiration dans la mythologie populaire méditerranéenne (dragons et tarasques, sorcières, mages, anges...) et met en valeur, par ses créations, les techniques céramiques ainsi que l’organologie. Son ancrage dans la région Languedoc- Roussillon et ses goûts pour les sociétés traditionnelles orientent sa recherche vers l’imaginaire collectif interculturel pour retrouver des racines originelles, primitives, communes à tous.


Pavillon populaire, Montpellier - Exposition : Linda McCartney, rétrospective 1965-1997

21 février - 4 mai 2014
Pavillon populaire, Montpellier
Exposition : Linda McCartney, rétrospective 1965-1997


C’est un ensemble exceptionnel de plus de 200 tirages (noir et blanc et couleurs) ou documents originaux qui sera ainsi montré, couvrant l’ensemble de sa carrière prolifique, depuis ses premières images des musiciens les plus célèbres de la scène rock, celle des « swinging sixties », jusqu’à ses photographies personnelles, sociales, ou expérimentales. Témoignage sensible de sa vie familiale en compagnie de son mari Paul McCartney, son autobiographie photographique utilise aussi bien les ressources ludiques du Polaroïd, que celle d’un langage visuel élégant, spontané. Linda McCartney combine dans son oeuvre, et d’une façon unique, l’esprit novateur de la photographie américaine de son temps, à l’ambition intimiste propre aux chroniques photographiques les plus résolument personnelles.


Galerie Odile Oms, Céret - Exposition : Serge Fauchier

14 février - 10 mai 2014
Galerie Odile Oms, Céret
Exposition : Serge Fauchier


"... J’aime les lignes aux tracés dépourvus de régularité, qui n’entrent pas en symétrie avec leurs voisines, celles qui se frayent un passage sans le besoin de correspondre à un ordre ou à un modèle. ... Je peins comme j’écris, c’est à dire de gauche à droite, par contre je commence toujours en bas et remonte jusqu’en haut…Mes tracés sont tels des ondes qui se recouvrent et parfois se mêlent, les traces des premiers visibles en débords colorés sous les suivants. Entre eux paraît en filaments toute la réserve des blancs. ... Mes peintures semblent des parts découpées d’un espace plus vaste à l’étendue indéfinie. Pourtant elles sont à leur étendue, tant le travail effectué avec les couleurs les rive à leur surface. Elles sont simultanément ouvertes et fermées dans leurs limites. La conjonction surface/couleur est recherchée, peut-être pour donner paradoxalement des limites à ce qui paraît en être dépourvu. Ce sont mes modes d’inscription en tracés ondulatoires qui suggèrent cette ouverture et, dans le même temps, ce sont les blancs réservés qui, à leur répartition, la contiennent. Ces blancs, souvent assimilés au vide et à l’absence, assurent la consistante et la tenue de l’ensemble. Extrait de "Marcher sur la crête des ombres" Août/Octobre 2013 - S. Fauchier


Le Lac gelé, Nimes - Exposition : Sui Generis, la photo dans la mire du dessin

4 avril - 10 mai 2014
Le Lac gelé, Nimes
Exposition : Sui Generis, la photo dans la mire du dessin


Nulle profanation ! Il n’y a pas d’intrusion abusive dans le pré carré de la photo, simplement un "phénomène" parmi les «phénomènes» comme le suggère l’accroche de la galerie Le Lac gelé à Nîmes. L’exposition Sui Generis qui y sera présentée ce printemps met en regard des dessins de Jean-Marc Scanreigh avec leurs sources photographiques. Quatorze photographes en tout. C’est évidemment la notion de regard qui légitime cette présence inattendue dans un lieu dédiée à la photographie. Facques Lafont qui pilote sur Le lac a accepté que sur le regard de la photographie se greffe le regard second du dessin et d’en faire une présentation ... sui generis (de son propre genre). Une manière subtile d’inclure le regard final du spectateur selon la formule rebattue de Duchamp (elle a exactement un siècle !) "c’est le regardeur qui fait le tableau". En l’occurrence il fait la photo et le dessin d’après la photo. Et ce regardeur est tiré de son extériorité par l’enchaînement des regards ; il ne se dit plus "que voient les artistes que je n’ai pas su voir", mais plutôt "moi aussi je vois ce que je vois, j’en retiens comme eux ce que j’en retiens et que je suis peut-être seul à voir." Comparaison bienfaisante. La surprise, l’étonnement devant la différence à soi nous arrachent un sourire de connivence … tous ravis que nous sommes de constater objectivement la déraison de nos subjectivités.


Musée Fabre, Montpellier - Exposition François-André Vincent (1746-1816)

8 février - 11 mai 2014
Musée Fabre, Montpellier
Exposition François-André Vincent (1746-1816)


L’exposition du musée Fabre met en lumière cet artiste méconnu du public, qui fut pourtant l’un des grands rivaux de David, et dont les œuvres ont été confondues avec celles de Fragonard. Elle montre aussi la place essentielle qu’il a occupée dans la peinture française, tant à travers sa production de peintures d’histoires que de portraits. Ses nombreux portraits-charge attestent d’ailleurs de la virtuosité de son œuvre, non seulement peinte mais aussi dessinée. Après une formation académique à Paris puis à Rome, Vincent revient en France en 1777. Il connaît un succès considérable en cette fin d’Ancien Régime et est le seul grand rival de David qui finira par le supplanter peu avant la Révolution. Pendant la Révolution et sous le Premier Empire il continue de recevoir des commandes officielles en parallèle de sa production de portraits. Les sujets, très variés, sont novateurs et souvent annoncent le courant romantique. Vincent fut également un dessinateur exceptionnel et prolifique.


Centre Régional d'Art Contemporain (CRAC), Sète - Exposition : Guillaume Leingre, 5000 K

28 février - 11 mai 2014
Centre Régional d'Art Contemporain (CRAC), Sète
Exposition : Guillaume Leingre, 5000 K


5000 K désigne une température de couleur neutre ou intermédiaire située entre une lumière chaude (1000 K, orangée) et une lumière froide (22000 K, bleue). K pour Kelvin. La température d’une source lumineuse est établie à partir d’un corps noir "théorique" porté à incandescence. En chauffant il change de couleur. Une bougie a une température de couleur de 1200 K. Un flash de 5000 ou 6500 K selon les fabricants. C’est la lumière du jour. Le soleil au zénith a une température de couleur de 6000 K. Dans 5000 K on entend 5000 cas. 5000 situations possibles. L’exposition présente des bandes de papier photo de grande longueur, dix mètres ou trente mètres (par 1 mètre de large), disposées à l’étage du Centre d’art. On peut imaginer regarder des morceaux de routes, de possibles podiums, etc. Leur couleur se situe entre l’orangé et le bleu. Entre la lumière chaude et froide. Entre le papier vierge, ultra blanc, et le noir du papier révélé. Un photogramme géant sera le témoin d’une des 5000 situations possibles.


Centre Régional d'Art Contemporain (CRAC), Sète - Exposition : Guillaume Constantin, Project Room

28 février - 11 mai 2014
Centre Régional d'Art Contemporain (CRAC), Sète
Exposition : Guillaume Constantin, Project Room


Le travail de Guillaume Constantin se construit à partir d’analogies et d’anachronismes. Que ce soit dans les choix de matériaux (souvent semi-transformés), de types de formats,dans les sources utilisées ou bien les prélèvements et les déplacements qu’il propose, se pose la question de la matérialité et de la temporalité de l’objet qui renvoie inévitablement à celle de l’oeuvre d’art et de ses dérivés quotidiens. Se déploient ainsi des oeuvres ambiguës qui ricochent les unes sur les autres en devenant tour à tour un jeu sur le médium, le support, un hommage, un détournement, une réappropriation. « Appropriation, recyclage, détournement et autres déplacements, transformationsvoire déformations habitent l'oeuvre de Guillaume Constantin.


L'Aspirateur, Narbonne - Exposition : Bernard Rancillac, Récits

15 février - 11 mai 2014
L'Aspirateur, Narbonne
Exposition : Bernard Rancillac, Récits


L’aspirateur - Lieu d’art contemporain vous propose de continuer le voyage dans la figuration narrative avec la venue de Bernard Rancillac, grand nom de la peinture contemporaine. L'exposition, avec des œuvres diverses (toiles, objets, installations...) produites entre 1961 et 2007, est un récit représentatif de l'œuvre de Rancillac. La peinture de Rancillac est un remède à l’épidémie de dépression de notre monde. Elle illustre l’engagement politique du peintre qui a toujours cherché à faire partager son indignation et son inquiétude sur les évènements qui font et défont l’actualité.


Musée Paul Valéry, Sète - Exposition : 4 à 4, 4 expositions à 4 artistes

28 février - 11 mai 2014
Musée Paul Valéry, Sète
Exposition : 4 à 4, 4 expositions à 4 artistes


4 à 4, première manifestation d’un cycle d’art actuel qui sera proposé tous les deux ans par le Musée Paul Valéry et qui réunira chaque fois 4 expositions individuelles consacrées simultanément à 4 artistes sur le plan international. Pour 2014, si les 4 artistes ont en commun une référence à la figuration, leur engagement sur des voies très diverses offre un regard multiple sur une création contemporaine qui ne cesse d’interroger l’identité et l’état du monde. Avec Jean Denant (Sète), Curro Gonzalez (Séville), Grisor (Lille), Liu Zhengyong (Pékin)).


essar[t]s, Bram - Exposition : Des essars aux essar[t]s, création

8 mars - 11 mai 2014
essar[t]s, Bram
Exposition : Des essars aux essar[t]s, création


Les essar[t]s : un lieu de découverte d'oeuvres, classiques ou contemporaines ... mais aussi et surtout un lieu de création ouvert sur la ville et ses habitants, qui leur donne la possibilité d'accueillir des artistes en émergence ou de s'exprimer par eux-mêmes. A l'arrivée, une belle sélection de tirages aux thèmes et aux tons particulièrement expressifs, qu'ils mettent en scène "l'esprit des Essars" ou qu'ils révèlent les dessous de la maison mythique, finalement peu connue des bramais, surtout pas lorsqu'on lui enlève peu à peu ses étoffes.


Maison de la Catalanité , Perpignan - Exposition : Traditions, vie quotidienne du peuple vietnamien du XIXème au XXème siècle

3 avril - 16 mai 2014
Maison de la Catalanité , Perpignan
Exposition : Traditions, vie quotidienne du peuple vietnamien du XIXème au XXème siècle


L’association Culturelle Franco Vietnamienne présente à l’occasion de l’année Vietnam en France, une nouvelle exposition de photographies sur le Vietnam. Elle raconte en images la vie quotidienne des Vietnamiens après l’arrivée des Français, mais aussi celle des Français vivant au Vietnam. Ces photographies d’époque ou actuelles retracent le Vietnam d’hier et d’aujourd’hui. Elle mettent en exergue l’influence de la présence française autour de différentes thématiques : l’agriculture, l’éducation, les moyens de transport, les fêtes locales et françaises, les musiciens en costumes, les lieux de loisir, les marchés, les métiers et l’artisanat, les femmes vietnamiennes …


Centre d’art contemporain Walter Benjamin, Perpignan - Exposition : Walter Benjamin, L’ange de l’histoire

23 février - 18 mai 2014
Centre d’art contemporain Walter Benjamin, Perpignan
Exposition : Walter Benjamin, L’ange de l’histoire


Walter Benjamin fut tout à la fois philosophe, essayiste et poète. Il est aujourd’hui unanimement reconnu comme l’un des rares penseurs à avoir rendu le XXe siècle intelligible. Face à la violence et l’inhumanité des divers totalitarismes, Walter Benjamin nous rappelle que, le plus souvent, "chaque témoignage de culture est en même temps un témoignage de barbarie". Ses réflexions sur l’histoire, sa réfutation de l’historicisme au nom d’une histoire écrite du côté des vaincus ; son appel à une pédagogie libre, débarrassée des carcans idéologiques ; son intelligence à développer une réflexion nouvelle sur l’art et le statut de l’oeuvre d’art dans les sociétés modernes de production et de reproduction technique ; ou encore sa mise à jour de nouvelles formes d’expressions théoriques et plastiques telles qu’en témoignent les images dialectiques ; toutes les analyses de Walter Benjamin restent d’une remarquable modernité. Son suicide à Portbou, le 26 septembre 1940, est le dernier témoignage d’une conscience désespérée par la menace nazie.


Musée des Beaux-Arts de Carcassonne - Exposition : Corot dans la lumière du Nord

21 février - 21 mai 2014
Musée des Beaux-Arts de Carcassonne
Exposition : Corot dans la lumière du Nord


L'exposition "corot dans la lumière du nord" témoigne de l'intérêt porté par Camille Corot (1796-1875) aux paysages du Nord de la France, à travers peintures, dessins et clichés-verre, et présente l'influence que l'artiste a exercée sur les peintres de la région.


Site de l'anse de Paulilles, Port Vendres - Exposition : La viticulture biologique en Côte Vermeille

16 avril - 30 mai 2014
Site de l'anse de Paulilles, Port Vendres
Exposition : La viticulture biologique en Côte Vermeille


Mieux faire connaître les principes de l'agriculture biologique et leur application concrète sur les domaines viticoles de la Côte Vermeille engagés dans cette démarche, tel est l'objectif de cette exposition. Au travers de panneaux du CIVAM BIO 66 et de photographies réalisées par Caroline Fernandez, photographe indépendante, et par le Conseil Général, vous découvrirez les différents gestes et étapes du travail de la viticulture biologique : épandage à la chaux, désherbage manuel, labour par traction animale... Autant de pratiques qui contribuent à la préservation de l’environnement.


Maison des Mémoires, Carcassonne - Exposition : Là aussi se rassembleront les aigles...

21 mars - 31 mai 2014
Maison des Mémoires, Carcassonne
Exposition : Là aussi se rassembleront les aigles...


Les historiens ont souligné le fait que la première guerre mondiale a coïncidé avec une explosion de la photographie qui, tout à coup, a concerné des milliers de spectateurs. Cette « pullulation » d’images a surtout fait l’objet d’études s’attachant à repérer les fonds et à recenser les photos les plus typiques, sans se pencher vraiment sur la rhétorique qui a présidé à leur construction. Les sujets les plus représentés sont en effet des combattants saisis dans des poses tantôt humbles, tantôt héroïques, des généraux et des officiers paradant pleins de dignité, alors que, loin de ces clichés convenus, quelques images s’attardent sur les horreurs et les désastres de la guerre, les corps mutilés et les cadavres de soldats. Nous ne possédons que peu de photos prises par les soldats eux-mêmes, soit, qu’après 1915, la censure les ait interdites, soit qu’ils aient été trop bouleversés pour en faire, soit enfin que ces matériaux n’aient pas accédé au statut d’objet de mémoire. C’est à ce carrefour crucial, entre mémoire et oubli, que se situe le travail photographique d'Anne Montaut. La genèse en est dans une double occurrence, celle de la parole et du regard. La parole ce sont les récits ou plus souvent les silences que lui livrèrent ses deux grand-pères anciens combattants. Le regard ce sont les marques visibles dans le corps de l’un d’eux, un trou mystérieux sur la tête qui la fascinait et l’inquiétait. Voir, écouter, ressentir, essayer de comprendre, malgré le silence et le déni, c’était faire ressurgir le souvenir de la violence brutale, de la destruction, des massacres, de l’anéantissement de toute une jeunesse.


Musée d'Art Moderne de Céret - Exposition : Miguel Chevalier, Paradis artificiels

1er mars - 1er juin 2014
Musée d'Art Moderne de Céret
Exposition : Miguel Chevalier, Paradis artificiels


L’exposition Paradis Artificiels explore - sur un mode poétique et métaphorique - la question du lien entre nature et artifice, qui aujourd’hui coexistent et s’enrichissent mutuellement. Selon une démarche initiée à la fin des années 90, qui prend appui sur l’observation du règne végétal et sa transposition imaginaire dans l’univers numérique, Miguel Chevalier est le créateur de plantes virtuelles, qui naissent, croissent, s’épanouissent et meurent en fonction de leur « code morphogénétique ». Ces fleurs nées de la germination de graines numériques et générées à l’infini par des logiciels s’épanouissent au sein de jardins imaginaires et apparaissent en projection sur des écrans. Le visiteur de l’exposition, dont le déplacement est saisi par des capteurs, induit mouvements et ...
Différentes installations permettent de réunir pour la première fois trois générations successives de graines et fleurs virtuelles : les Sur-Natures (2000/2014) dont les insolites ballets végétaux produisent une sensation d’impressionnisme numérique, les Fractal Flowers (2008/2014) fleurs géantes dont la géométrisation est poussée à l’extrême et qui établissent avec le visiteur une relation à la fois inquiétante et familière, enfin les Trans-Natures (2013/2014) présentées "in vitro" au sein d’une serre abritant une nature composée d’arborescences virtuelles en perpétuelle métamorphose.


C.L.A.P. Galerie d'Arts Canal du Midi, Paraza - Exposition : Miguel Chevalier, Paradis artificiels

19 avril - 1er juin 2014
C.L.A.P. Galerie d'Arts Canal du Midi, Paraza
Exposition : Philippe Berlouin rencontre Annegret Gröne


Philippe Berlouin et Annegret Gröne exposeront dans le cadre de "Un présent pour le présent", en lien avec le Centenaire de la Guerre 14/18, thème abordé au C.L.A.P. pour sa sixième saison.
Philippe Berlouin (alias Keroc) : Les couleurs, les formes, les fils qui se balancent ou relient d’un trait noir et souvent appuyé, les éléments du tableau donnent une profondeur et un rythme à cet univers beaucoup plus ordonné qu’on ne le croit à première vue.
Annegret Gröne : "Je pratique le dessin à l’encre, l´aquarelle, l’installation d’objets trouvés et je crée des peintures associées à mes sculptures. […] Les idées me viennent de rêves très précis, de textes poétiques, ou de paysages, qui me surprennent.".


Musée Fabre, Montpellier - Exposition : Maurice-Elie Sarthou (1911-1999)

22 mars - 1er juin 2014
Musée Fabre, Montpellier
Exposition : Maurice-Elie Sarthou (1911-1999)


Exposé à partir de 1955 à la galerie Marcel Guiot à Paris, année où il reçoit le Prix de la Critique, Maurice-Elie Sarthou (1911-1999) est l’un des représentants de la nouvelle École de Paris des années 1950. Formé aux Écoles des Beaux-Arts de Montpellier et de Paris, remarqué par les grandes collections muséales françaises dès ses débuts en peinture, ce paysagiste aux tendances abstraites a représenté avec vigueur les paysages sétois, la Provence, les Alpilles et la Camargue. Il partageait son travail entre ses deux ateliers de Sète et de Paris. En partenariat avec le musée Toulouse-Lautrec d’Albi, dont l’accrochage se concentre sur le thème de l’eau (12 octobre 2013 - 5 janvier 2014), l’exposition du musée Fabre de Montpellier Agglomération, qui avait consacré, en 1968 une exposition au peintre, s’articule autour du don, en 2005, de la toile Le Grand Incendie, de 1977, véritable exploration de la couleur et de ses puissances expressives. L'exposition est conçue à la manière d'une rétrospective, et aborde toutes les étapes de création de l'artiste, depuis ses premières créations, couronnées par plusieurs prix dans les années 1950 jusqu'aux compositions les plus flamboyantes, ainsi que ses aquarelles, carnets et lavis.


Pavillon Populaire de Montpellier - Les Boutographies 2014, Rencontres photographiques de Montpellier

17 mai - 1er juin 2014
Pavillon Populaire de Montpellier
Les Boutographies 2014 - Rencontres photographiques de Montpellier


Les Boutographies - Rencontres Photographiques de Montpellier accompagnent depuis 2001 les talents émergents de la photographie française et européenne. Après sept années d'activité dans le quartier du Boutonnet, notre manifestation s'est installée au centre de Montpellier en 2008, et offre désormais aux photographes, au public et aux partenaires les plus beaux lieux d'exposition de la ville. Si l’on devait qualifier d’un mot cette nouvelle édition de la manifestation, ce serait maturité.Ce sont toujours, majoritairement, de jeunes photographes qui viennent vers nous, informés qu’ils sont des conditions d’exposition et d’accompagnement très propices offertes par Montpellier. Mais la plupart de ceux qui accrocheront cette année sur les cimaises du Pavillon Populaire ont déjà franchi plusieurs étapes importantes dans l’affirmation de leur art. Documents, installations, mises en espace élaborées, images puissantes ou délicates : tous les travaux qui vous sont présentés témoignent d’un engagement sans concession dans le processus d’expression par la photographie. Ils couvrent, comme c’est la tradition aux Boutographies, un large éventail de représentations des mondes intérieurs et des mondes extérieurs. La photographie est dans son rôle quand elle fait ainsi affleurer, à la surface des êtres et des choses, ce qui les habite en profondeur : inquiétudes et fantasmagories, signaux pour l’avenir, signes de l’époque et sensations indéfinissables.


essar[t]s, Bram - Exposition : Capa, Exil 1939, Photographies de la Retirada

8 mars - 8 juin 2014
essar[t]s, Bram
Exposition : Capa, Exil 1939, Photographies de la Retirada


À partir de la riche collection d’œuvres issues des archives Capa de l’International Center of Photography (ICP, New York) dont celles issues de la Valise Mexicaine, la ville de Bram présente cette exposition qui prend un sens particulier dans une ville qui a vécu la Retirada à travers le camp installé à ses portes et qui a vu passer près de 16.000 républicains internés derrière ses barbelés.


Centre Régional d'Art Contemporain (CRAC), Sète - Exposition : Guillaume Constantin, Project Room

28 février - 9 juin 2014
Centre Régional d'Art Contemporain (CRAC), Sète
Exposition : Jacques Julien, Tailles douces


Le CRAC Languedoc-Roussillon présente une exposition de l’artiste français Jacques JULIEN. Intitulée "Tailles Douces", cette exposition monographique s’inscrit dans la continuité et le développement de son travail ; elle fait suite aux deux grandes expositions personnelles qui lui ont été consacrées successivement en 2011 et 2012 : « Dur comme plume et léger comme pierre » au centre d’art de Chamarande, « Vieux tacots et ruines récentes » au centre d’art «La chapelle du Genêteil». Cette première grande monographie de Jacques Julien en France propose un projet spécifique composé d’oeuvres récentes réalisées pour la plupart ces trois dernières années et d’oeuvres inédites produites en relation avec la configuration très particulière des espaces du CRAC. Un ensemble conséquent de sculptures de différents formats, disposées au sol ou prenant appui sur les murs ou encore suspendues entre sol et plafond, jalonne less alles du rez de chaussée pour mettre en perspective les principaux enjeux du travail de l’artiste. "...Une sculpture c’est un point de départ deux sculptures c’est une direction, trois sculptures c’est déjà unterritoire..." précise l’artiste. Occurrence du tableau et interrogation de l’espace, se confrontent à l’interrogation de l’échelle des oeuvres et du format de l’exposition.


Musée Régional d'Art Contemporain (MRAC), Sérignan - Exposition : Peter Downsbrough

1er mars - 11 juin 2014
Musée Régional d'Art Contemporain (MRAC), Sérignan
Exposition : Peter Downsbrough


Peter Downsbrough poursuit une réflexion sur le langage et l'espace construit depuis le milieu des années 60. Il mène une recherche très personnelle et d’une constance rigoureuse qui consiste à structurer l'espace en créant des volumes discrets mais clairement visibles. Il utilise un vocabulaire plastique épuré, constitué de figures géométriques simples, de lignes, de mots ainsi que de surfaces peintes. Ses nombreuses pratiques artistiques – sculptures, photographies, pièces murales, livres, films, éditions, pièces sonores, interventions dans l'espace urbain – fondées sur la notion de position, de séquence, d'intervalle, interrogent le point de vue. La combinaison des éléments linguistiques et géométriques formalise ainsi des espaces induisant une multiplicité de lectures. L'exposition présentée au Musée régional d'art contemporain Languedoc-Roussillon à Sérignan, la plus importante jamais organisée en France, met en lumière toute l’étendue de son travail. Peter Downsbrough intervient sur le parvis du musée, puis dès l'entrée, à travers la librairie, le long du couloir, pour nous guider dans l'espace d'exposition. Il installe des tubes métalliques tombant du plafond pour effleurer le sol, pose des lettres, trace des lignes au ruban adhésif noir, pour créer une étonnante sensation de volume tout en laissant le regard y pénétrer. Son processus de coupure optique, de recadrage, suggère une nouvelle appréhension de l'espace. Les mots dispersés, des allocutions (encore, là, et, vers, as, but, and...), invitent à chercher au-delà du champ visuel. Ses interventions révèlent des intervalles ouverts qui se modifient en fonction des points de vue.


Centre de Culture Contemporaine La Panacée, Montpellier - Exposition : Dernières nouvelles de l'éther

7 février - 22 juin 2014
Centre de Culture Contemporaine La Panacée, Montpellier
Exposition : Dernières nouvelles de l'éther


L'Éther fut au cœur des développements de la science et des technologies au XIXe siècle et au début du XXe. Cette substance, primordiale et invisible, était censée permettre la propagation d’un ensemble d’ondes lumineuses, sonores et électromagnétiques. Des expériences mirent à jour l’existence de phénomènes ondulatoires jusqu’alors imperceptibles, qui eurent pour effet d’accompagner l’émergence des médias modernes et d’alimenter l’espoir qu’on parviendrait à transmettre la pensée de manière immédiate. La découverte d’une réalité invisible crée des préoccupations communes entre scientifiques et recherches occultistes largement explorées à l’époque par l’École de Médecine de Montpellier. C’est au croisement de l’esprit scientifique et de l’occulte que l’Éther et l’éléctromagnétisme allaient avoir un impact décisif sur les débuts de la Modernité artistique. En faisant un usage mystérieux des théories de l’électromagnétisme, certains artistes, designers ou architectes ont imaginé un principe de langage universel entre les arts. D’autres, au contraire, ont déconstruit ces fantasmes de transparence de la pensée. Depuis les années 1960, le processus de dématérialisation de l’œuvre d’art a réactualisé ces oppositions à un moment décisif du déploiement de la cybernétique, des théories de l’information et des algorithmes.


Château Royal de Collioure - Exposition : Jacques Lahousse, 10 Peintres en Roussillon - Traces tangibles

16 mai - 22 juin 2014
Château Royal de Collioure
Exposition : Jacques Lahousse, 10 Peintres en Roussillon - Traces tangibles


Je travaille depuis 2009 sur ce projet photographique concernant les peintres des Pyrénées Orientales. J’ai ciblé dix d’entre eux qui me semblent les plus représentatifs de ce qui s’est fait en matière de peinture contemporaine ces 30 à 40 dernières années dans le département des Pyrénées Orientales. Certes il y en a bien d’autres, mais ma démarche n’a rien d’un inventaire ou d’une quelconque biographie retraçant la trajectoire et le pedigree de chacun de ces artistes, catalans d’origine ou catalans d’adoption. Je ne suis ni critique d’art ni commissaire d’expo et je n’ai pas vocation à dresser des catalogues. Je suis simplement journaliste et mon intention était de porter un éclairage sur dix figures majeures de l’art contemporain en Roussillon, en allant au plus près de leur travail et de ce qu’ils sont, c'est-à-dire dans leurs ateliers. Là où peu de gens pénètrent. Ces peintres ont pour noms : Jean Capdeville, Georges Badin, Roger Cosme Esteve, Serge Fauchier, Patrick Loste, Balbino Giner, Zeyno Arcan, Marc Fourquet, Jacques Capdeville et Jean-Louis Vila. J’ai donc rencontré chacun de ces peintres dans leurs ateliers respectifs où j’ai pu les photographier parmi leurs toiles mais aussi en train de peindre. J’ai également eu des entretiens avec eux afin de nourrir un travail d’écriture que je veux complémentaire à celui de l’image. J’ai voulu retenir de ces instants privilégiés, un peu de cette perception complexe et indéfinissable qui mène à toute création.


Centre d'Art Contemporain - À cent mètres du centre du monde, Perpignan - Exposition : Gérard Fromanger, Annoncez la couleur

4 avril - 29 juin 2014
Centre d'Art Contemporain - À cent mètres du centre du monde, Perpignan
Exposition : Gérard Fromanger, Annoncez la couleur


Né en 1939 à Pontchartrain, Ile-de-France. Plusieurs générations d'artistes le précèdent du côté de son père, lui-même peintre amateur. Dessine et peint depuis l'enfance en Normandie et à Paris. Études secondaires, École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, cours du soir de la ville de Paris, Académie de la Grande Chaumière. Ici, le sculpteur César le remarque, lui prête son atelier et suit son travail pendant deux années. Amitiés avec le poète Jacques Prévert et Alberto et Diego Giacometti. Très jeune, dès les années 60, il s'impose comme une des personnalités de la scène artistique à Paris en participant à l'aventure de la nouvelle figuration et à l'invention d'une « Nouvelle Peinture d'Histoire ». Il est un des fondateurs de l'Atelier des Beaux-Arts en mai 68, qui produisait des milliers d'affiches. Ensuite il a tourné des films-tracts avec Jean-Luc Godard. Au début des années soixante-dix, il voyage en Chine, grâce au cinéaste hollandais Joris Ivens, deuxième voyage autorisé après la reconnaissance de la Chine populaire par De Gaulle, tout de suite après le voyage de Barthes, Sollers, Kristeva. Il expose dans de nombreuses manifestations internationales collectives et personnelles. Entre figuration et abstraction, formes et couleurs, Histoire et histoire d'art, silence et narration, la peinture de Gérard Fromanger montre, décode et libère les images et clichés du réel et des « mythologies quotidiennes ». Fromanger considère l'amitié des poètes, des philosophes, des écrivains, des peintres et des sculpteurs, des cinéastes, des musiciens, des architectes comme élément moteur de son processus de création. Après avoir séjourné et travaillé en Normandie et en Camargue, en Chine et en Belgique, à Paris, Londres, Berlin, Tokyo, Abidjan et New York, il vit et travaille à Paris et à Sienne.


Galerie Plurielle, Sète - Exposition : Voyageries

9 mars - 29 juin 2014
Galerie Plurielle, Sète
Exposition : Voyageries


Portraits du monde, géographie des visages, histoire de bêtes et de mythologie constituent cet œuvre que C.Frontisi a décrit comme "assemblage des êtres, métissage des pratiques, rêveries créatrices entremêlées"... Au-delà des modes et des courants, affranchie des guides et des concepts, Clara est ici la peintre de nos voyages d’enfance. Narratrice du souvenir inconscient, elle mêle son art précieux, fait de rêves et de géographie, de fins traits d’encre et d’esprit, d’humour et de mythologie, à celui de Richard, sculpteur anthropomorphe, qui dans un même élan, fait de réminiscences et de quêtes esthétiques, singulièrement forge, découpe, et assemble des cieux et des fers, donnant vie à tout un bestiaire fantastique, parfois agrémenté de cornes véritables, ou encore à des toréros éberlués, à des poupées aux perruques perlées, à des contorsionnistes poètes,… qu’à nouveau Clara enlumine de dentelle colorée et de supplément d’âme... Et la boucle est bouclée pour que ces souffleurs de rêves nous emportent.


Site de l'anse de Paulilles, Port Vendres - Exposition : Entre Palette et Terroir

1er au 30 juin 2014
Site de l'anse de Paulilles, Port Vendres
Exposition : Entre Palette et Terroir


Par les peintres des Art's Cades ! Cette association de Banyuls-sur-Mer répond à la volonté de participer à l'animation touristique et culturelle et de promouvoir les arts plastiques, la peinture et le modelage. Banyuls est pour eux un écrin magique, une galerie à ciel ouvert qui leur permet de s'exprimer et d'offrir à l'art un nouvel espace de liberté. C'est pourquoi Nicole Amat, Claude Carrera, Isabelle Duchemin, Simone Gerraud, Anne-Marie Pastor et Anne Peris ont plaisir à dire qu'ils sont « les peintres de la rue » et à présenter leur travail au public.


Maison de la Catalanité , Perpignan - Exposition : Zeyno Arcan

23 mai - 4 juillet 2014
Maison de la Catalanité , Perpignan
Exposition : Zeyno Arcan


Jamais auparavant Zeyno Arcan n’est restée aussi longtemps au même endroit ! Née en Allemagne elle a souvent déménagé. En 1988 elle s’est installée en France pour finir ses études, d’abord à Toulouse, puis à Paris avant de prendre racines en Catalogne. Après 18 ans de vie et de création dans son pays d’adoption elle reprend la route, la mer, plus exactement, pour faire un tour du monde. Et c’est pour mieux servir sa devise forgée lors de ses longues promenades en bord de mer, que l’art, la vie et l’amour ne font qu’un. L’exposition qui lui est consacrée à la Maison de la Catalanité met en lumière sa quête : connaître l’autre pour mieux se connaître soi-même. Elle présente des tableaux qui embrassent cette période fertile allant de la série Ceux qui … à sa dernière série Bonjour lumière. Dans sa peinture se concentre différents moyens d'expressions : danse, corps et mouvement, couleur, lumière et matière, amour ; autant de valeurs humaines qu’elle défend avec convictions. Chaque composition semble être la projection de soi en vie, de soi avec l'autre. Les corps dansent, suspendus entre ascension et chute. L'équilibre se crée ici, à la jonction du haut et du bas, de l'élévation amorcée et de la retombée du corps dans la légèreté. La démarche picturale de Zeyno Arcan a ses fondements dans la découverte de la chorégraphe Mary Wigman et de ses sept danses de la vie, danse emblématique sur laquelle elle a travaillé pendant de nombreuses années. Par ce cheminement, elle réalise sa première série éponyme en 1989. A son arrivée à Perpignan, elle crée ses premières empreintes couvrant des surfaces entières. Avec ce thème, elle obtient le premier prix du trophée C.H.E.N.E. à Montpellier. A compter de 2001 sous l'intitulé Ceux qui… elle commence ses peintures scéno-graphiques. Sa soif d’apprendre, de comprendre l’amène à soutenir une thèse en science, esthétique et philosophie des arts à l’université de Paris VIII en 2006, thèse qui nourrira sans cesse sa créativité. Elle confirmera aussi l’idée profonde que Zeyno Arcan se fait de l’art : "La puissance de l’art est sa puissance transcendantale au service des causes nobles de l’humanité. Quand l’éthique de la vie s’épanouira dans l’art, le monde trouve la paix". De ce ferment sont issues ses dernières séries Adieu Lucifer et Bonjour lumière en 2010 / 2013.


Galerie Plurielle, Sète - Exposition : L'R de la mer

12 avril - 31 août 2014
Galerie Plurielle, Sète
Exposition : L'R de la mer


La Galerie Plurielle prend l’R de la mer pour accompagner les événements maritimes et photographiques de Sète, avec une nouvelle sélection contemporaine d’œuvres originales, dont en particulier, celles de: Ebro - Emji - Lahille - Lassegue- Loubat- Vaissière... ainsi que d’autres surprises !


Maison Consulaire, Mende - Exposition : Adrien Seguin

12 avril - 31 août 2014
Maison Consulaire, Mende
Exposition : Adrien Seguin


Peintre languedocien décédé en 2005, Adrien Seguin est associé au groupe Montpellier-Sète, aux côtés de Vigroux, Dezeuze, Descossy et Desnoyer. Le peintre se distingue très vite par un son style énergique déployé dans des toiles où couleurs vives se mêlent aux influences cubistes. Confondant plusieurs techniques, il peint plus de 4 000 toiles à un rythme effréné et aborde au fil des années des thèmes de plus en plus différents : paysages méditerranéens, portraits, autoportraits, croquis, nus, poèmes et textes à l'aigreur, et peintures en noir et blanc également.


Site Archéologique Lattara - Musée Henri Prades, Lattes - Exposition : Les Lapodes, peuple méconnu. Collections du musée archéologique de Zagreb

15 mars - 8 septembre 2014
Site Archéologique Lattara - Musée Henri Prades, Lattes
Exposition : Les Lapodes, peuple méconnu. Collections du musée archéologique de Zagreb


Cette exposition "Les Lapodes, peuple méconnu" s’inscrit dans un projet transversal sur la thématique "Archéologie et culture à l’âge de Fer" associant, sous la coordination du CNRS, le musée Henri Prades aux musées archéologiques de Catalogne et de Zagreb. Ce projet innovant d'exposition a reçu le soutien financier de l’Union Européenne, dont la Croatie est membre depuis juillet 2013. L’objectif principal est de faire découvrir aux citoyens de ces trois pays la diversité des cultures présentes sur leurs territoires respectifs durant la période de l’âge du Fer (en référence à l’usage de plus en plus intensif de ce métal en Europe occidentale), c’est-à-dire durant le premier millénaire avant J.-C. Et ce notamment à travers trois civilisations anciennes du pourtour méditerranéen, les Gaulois, les Iapodes et les Ibères, dont les fouilles archéologiques les plus récentes ont permis d’apprécier la richesse et la diversité.


Centre de Culture Contemporaine La Panacée, Montpellier - Exposition : Art by Telephone... Recalled

7 février - 14 septembre 2014
Centre de Culture Contemporaine La Panacée, Montpellier
Exposition : Art by Telephone... Recalled


Dans le cadre de la Saison #1 - Vous avez un message, La Panacée accueille le projet Art by Telephone... Recalled. Cette exposition réactive une sélection des œuvres de l’exposition mythique qui s’est tenue au Musée d’Art Contemporain de Chicago en 1969 et la prolonge aujourd’hui avec des propositions de nouveaux artistes. Les œuvres sont transmises oralement par téléphone pour être interprétées, activées et produites par des étudiants en art. Les archives du Musée d’Art Contemporain de Chicago sont présentées, accompagnées d’analyses et de commentaires. Une série d’ateliers, de séminaires et de conférences avec des étudiants d’art associés au projet (École supérieure d’art d’Angers et École nationale supérieure de la photographie d’Arles) se déroulent entre novembre 2013 et juin 2014 pour approfondir les connaissances historiques et théoriques liées aux enjeux de l’exposition et interpréter les œuvres.


Musée International des Arts Modestes, Sète - Exposition : Fin de Fiesta à Séville

11 avril - 21 septembre 2014
Musée International des Arts Modestes, Sète
Exposition : Fin de Fiesta à Séville


Après Winnipeg, Manille, le MIAM poursuit son exploration des villes fécondes. Curro González nous fait découvrir Séville, son regard nous entraine loin des clichés colorés et envoûtants. Grâce aux artistes qu’il a sélectionnés, Séville dévoile des visages insoupçonnés et déroutants.


Archives départementales de l’Aude, Carcassonne - Exposition : L'Aude s'Affiche. La publicité dans l'Aude (1800 -1960)

15 avril - 26 septembre 2014
Archives départementales de l’Aude, Carcassonne
Exposition : L'Aude s'Affiche. La publicité dans l'Aude (1800 -1960)


Dans notre monde contemporain, la publicité occupe une place à part. Omniprésente dans notre environnement quotidien, elle a envahi notre vie et nous ne pouvons nous y soustraire, qu’elle s’affiche sur nos murs, s’introduise dans nos boîtes aux lettres ou se manifeste dans les médias (presse écrite, télévision, radio ou internet). Il est donc légitime de s’interroger, sans porter de jugement, sur cette pratique de communication commerciale et d’essayer de comprendre comment elle a pu prendre l’importance qu’on lui connaît aujourd’hui. Malheureusement les historiens français se sont peu intéressés au sujet et nous ne disposons que de très peu d’études et de publications nous permettant d’analyser les conditions dans lesquelles la publicité a pu naître et se développer en France au cours des siècles derniers.


Musée des Beaux-Arts, Carcassonne - Exposition : Cérès Franco Acte 1, Les imagiers de l'imaginaire

27 septembre - 28 septembre 2014
Musée des Beaux-Arts, Carcassonne
Exposition : Cérès Franco Acte 1, Les imagiers de l'imaginaire


Cette première étape de monstration a été confiée à sa fille Dominique Polad-Hardouin, historienne d'art et galeriste parisienne, qui sera la commissaire de l'exposition "Les imagiers de l'imaginaire". Elle a pris le parti de dévoiler le côté le plus coloré et joyeux de la collection de Cérès Franco, un clin d'œil à ses origines brésiliennes. On peut découvrir un ensemble majeur d'artistes naïfs brésiliens : Francisco Domingos Da Silva, Maria Grauben Do Monte Lima, Eli Malvina Heil, Paulo Pedro Leal, Waldomiro De Deus et Tania Pedrosa, entre autres. Leurs œuvres aux couleurs vives et lumineuses expriment l'émerveillement de la nature qui les entoure, ou l'inquiétude de sa disparition. Réalité, mythes et légendes sont contés en images merveilleuses, fortes de témoignages anthropologiques. Ils nous emportent dans leurs voyages imaginaires, nous font témoins de leur quotidien, de la richesse des fêtes et des coutumes brésiliennes, de la beauté de leur pays. Les nombreux voyages au Brésil, au Mexique, en Espagne, au Maroc, au fil des années, ont permis à Cérès Franco d'enrichir sa collection de nombreuses pièces d'art populaire : des ex-voto en bois des différentes régions du Nord-Est du Brésil, des pierres-savon du Soudan, des masques polychromes du Mexique...


Musée de Lodève - Exposition : Bissière, figure à part

6 avril - 26 octobre 2014
Musée de Lodève
Exposition : Bissière, figure à part


Volontairement éloigné des circuits officiels, à la fois admiré et rejeté par ses pairs, Roger Bissière (1886-1964) a construit au gré d'une longue maturation, une œuvre dense, empreinte d'une profonde humanité. La peinture de Bissière est à la fois "strictement intime et d'ordre poétique, mais aussi générale et tournée vers l'universel". La figure humaine y occupe une place centrale pour ensuite disparaître soudainement au profit d'un univers fait de signes et de pictogrammes. En 85 tableaux, une sculptures et deux tapisseries, l'exposition du Musée de Lodève propose d'aborder la place de la figure dans l'œuvre de cet artiste singulier entre 1920 et 1964.


Musée de la Poterie Méditerranéenne, Saint-Quentin la Poterie - Exposition : Terres vernissées, 30 céramistes

5 juillet - 2 novembre 2014
Musée de la Poterie Méditerranéenne, Saint-Quentin la Poterie
Exposition : Terres vernissées, 30 céramistes


Céramistes exposés : Atelier Bouthinon, Baillieux Jean-Pierre, Balay Pascale, Chaussy Françoise, Czerwiec Jacques, Dubernard Jean-Jacques, Esteban Richard, Gual Janine, Fresnais François et Sylvie, Gallot Philippe, Galtié Patrick, Gaget Yves, Gerard Jean-Nicolas, Gatineau Isabelle, Girard Agnès, Hostein Paul, Hubert Nathalie, Lindner Otto, Miller David, Sourdive Nicolas, Von Fritschen Geneviève.
Saint-Quentin la Poterie a été un grand centre de poteries vernissées utilitaires jusqu'au début du XXème siècle. Actuellement des céramistes créateurs oeuvrent avec cette technique ancienne et le Musée de la poterie méditerranéenne se devait d’illustrer ce courant qui est toujours vivant dans ce village de Saint Quentin la Poterie. 2014 fêtera les 30 ans du marché et festival de la céramique Terralha. Une belle occasion de rendre hommage aux bonnes volontés, aux initiatives, aux belles idées, aux initiateurs et aux participants et d'associer les acteurs contemporains de la terre vernissée. L'exposition fera tout particulièrement honneur à ceux qui ont participé aux fondations de cette manifestation et qui par leur talent de créativité perdurent une tradition sans cesse renouvelée. L'exposition présentée fait le trait d'union entre la céramique traditionnelle et la céramique contemporaine en présentant les plus grands représentants français de cette technique. Tous ont participé au moins une fois au marché Terralha. L'exposition regroupe céramiques utilitaires, décoratives... traditionnelles, et créatives ...


Musée du Verre, Claret - Exposition : Demoiselles de Verre

3 mai - 14 décembre 2014
Musée du Verre, Claret
Exposition : Demoiselles de Verre


Artistes présentées : Aurélie Abadie, Pont-Scorff (56); Lætitia Andrighetto, Mont-de-Marsan (40); Pauline Betin, Becherel (35); Mathilde Caylou, Wasselonne (67); Muriel Chêne, Auffargis (78); Anaïs Dunn, Douarnenez (29); Valérie Fanchini, Malakoff (92); Catherine Farge, L’Escoutoux (63); Lise Gonthier, Beaucaire (30); Célia Pascaud, Chandolas (07); Michèle Perozeni, Schnersheim (67); Chantal Royant, Dinard (35); Julie Six, Valleraugue (30); Yeun-Kyung Kim, Strasbourg (67); Nathalie Massenet-Dollfus, St-Laurent-de-Trèves (48).
Un collectif féminin de 15 artistes verriers met en lumière, dans une scénographie translucide, le regard de la femme sur la matière verre. Autour de créations originales, parfois monumentales, ces artistes marquent de leur empreinte créatrice un monde verrier français à l’origine exclusivement masculin. Leur sensibilité, leur approche de la matière, se reflètent dans leurs œuvres au travers de thématiques qui leur sont propres : la nature, la poésie, le temps... Autant d’univers qu’elles nous invitent à parcourir, de portes à ouvrir pour aller à la rencontre de leur énergie créatrice et de leur imaginaire.