Société des Amis de la Bibliothèque Forney





LES EXPOSITIONS ACHEVÉES EN DÉCEMBRE 2013






 

Les expositions sont classées par date de clôture.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Expo : Loisirs nautiques sur la Marne et la Seine

13 juillet 2013 - 31 décembre 2013
Musée de Nogent-sur-Marne
Loisirs nautiques sur la Marne et la Seine (1850-1950)


Le monde des canotiers est évoqué par des caricatures de presse. Les canotiers sont ces petits étudiants et petits fonctionnaires turbulents qui se promènent à Paris et en banlieue déguisés en marins. Ils vont pêcher, nager, taquiner les bourgeois sous les tonnelles des guinguettes. Ils voguent en charmante compagnie et adoptent une liberté de ton qui fait scandale. Les canotiers investissent les bords de Seine puis les bords de Marne. Une de leurs excursions favorites consiste à effectuer le tour de Marne.
Une rivalité apparait entre deux usages de la rivière : l'usage ludique des canotiers, d'une part ; la pratique de ceux qui se définissent comme sportsmen, d'autre part. Ces derniers l'emportent. Ces amateurs de courses incarnent le "progrès", la vertu par le sport. Ils donnent naissance aux premières sociétés nautiques. Cette rivalité entre canotiers "amateurs" et canotiers "sérieux" amène la Société des Régates Parisiennes (Rowing Club de Paris) à définir le premier code des courses qui donnera naissance, en 1853, aux Championnats de la Seine.


Expo Monet et Renoir côte à côte à la Grenouillère

25 novembre 2012 - 31 décembre 2013
Musée de la Grenouillère, Croissy-sur-Seine
Monet et Renoir côte à côte à la Grenouillère


Renoir et Monet ont posé leurs chevalets côte à côte au cours de l’été 1869 dans l’île de la Grenouillère, donnant ainsi naissance à des tableaux splendides, icônes de l’impressionnisme. Aucune n’est plus visible en France, mais ce paysage naturel d’eau et de lumière est intact.
L’exposition du musée de la Grenouillère montre comment les itinéraires de Renoir et Monet ont littéralement fusionné pendant cette courte période, jusqu’à la confusion des styles, puis ont à nouveau divergé selon le destin et la personnalité de chacun.


La Pyramide, Istres - Exposition : Daniel Buren Un Bouquet, 5 couleurs moins une, travail in situ

5 juillet - 31 décembre 2013
La Pyramide, Istres
Daniel Buren "Un Bouquet", 5 couleurs moins une, travail in situ


Daniel Buren, artiste de renommée internationale, transforme les lieux qu’il investit. Il propose un nouveau regard sur ceux-ci, les révèle par une intervention in situ. Le site de la Pyramide, ancien centre de loisirs nautiques, est cher au coeur des Istréens ; jadis lieu de vie et de loisirs, il se cherchait une nouvelle vocation. Invité à l’investir, Daniel Buren a imaginé un dispositif qui fait écho à la rénovation du bâtiment, rénovation conduite selon les directives de l’artiste. Le projet offre une seconde vie à la Pyramide. Pendant tout le deuxième semestre 2013, les visiteurs sont invités à découvrir un lieu totalement réinterprété par l’artiste : l’espace, les couleurs et les perspectives sont transformés révélant une multitude de points de vue.


Musée Fragonard, Grasse - Exposition Exposition Conversation Piece

18 avril - 31 décembre 2013
Musée Fragonard, Grasse
Exposition Conversation Piece


Le musée Fragonard est situé dans l'hôtel de Villeneuve, magnifique bâtiment historique restauré dans l'esprit des grandes demeures grassoises du XVIIIe siècle. Dédié au plus célèbre enfant de la ville de Grasse, le peintre Jean-Honoré Fragonard (1732-1806), ce musée présente une quinzaine d'œuvres majeures de l'artiste. Il abrite aussi une collection de peintures de deux autres artistes grassois, Marguerite Gérard (1761-1837) et Jean-Baptiste Mallet (1759-1835). Cet ensemble constitue la deuxième collection française d'œuvres de Jean-Honoré Fragonard après celle du Louvre et la première concernant les deux autres artistes.


Musée Georges Borias, Uzès - Exposition Melchior Doze, dessinateur et peintre des églises du Gard

3 octobre - 31 décembre 2013
Musée Georges Borias, Uzès
Exposition Melchior Doze, dessinateur et peintre des églises du Gard


A l’occasion du centenaire de sa disparition, le musée Borias propose de redécouvrir un artiste né à Uzès, Melchior Doze (1827-1913). Ce peintre a puisé son inspiration dans les thèmes religieux. Il a notamment réalisé des décors pour de nombreuses églises du Gard.
L’exposition présentera les dessins préparatoires pour ces compositions, permettant d’apprécier le talent de dessinateur de Doze et sa sensibilité dans ces œuvres, moins apprêtées que les réalisations finales.


Musée de Borda, Dax - Exposition Dax antique

2 juillet - 31 décembre 2013
Musée de Borda, Dax
Exposition Dax antique


L’exposition présente le rempart antique, de sa construction à sa démolition, ainsi que les objets archéologiques recueillis lors de campagnes de fouilles. Une nouvelle interprétation du monument du forum, appuyée sur des recherches archéologiques récentes, est proposée au public. Objets archéologiques, reconstitutions et discours scientifique se mêlent pour reconstruire l’image de ces monuments.


Musée du Hiéron, Toucy - Une spiritualité au féminin

20 mars 2013 - 31 décembre 2013
Musée du Hiéron, Toucy
Exposition : Une spiritualité au féminin


L’exposition Une spiritualité au féminin fait proposition de lectures à travers le choix d'un ensemble d'œuvres – dont certaines tout à fait inédites – d’artistes féminines abordant la notion de spiritualité dans leur art. En effet, si l'on veut « s'interroger sur la manière dont les femmes voient et vivent leurs images » (Michèle Perrot, historienne, auteur avec Georges Duby de "L’Histoire des femmes en Occident", 1991), c'est au cœur de la création qu'une partie des réponses pourrait être trouvée.


Musée d'Art sacré, Dijon - Une spiritualité au féminin

20 mars 2013 - 31 décembre 2013
Musée d'Art sacré, Dijon
Exposition : Une spiritualité au féminin


L’exposition Une spiritualité au féminin fait proposition de lectures à travers le choix d'un ensemble d'œuvres – dont certaines tout à fait inédites – d’artistes féminines abordant la notion de spiritualité dans leur art. En effet, si l'on veut « s'interroger sur la manière dont les femmes voient et vivent leurs images » (Michèle Perrot, historienne, auteur avec Georges Duby de "L’Histoire des femmes en Occident", 1991), c'est au cœur de la création qu'une partie des réponses pourrait être trouvée.


Musée des Beaux-Arts et de la Dentelle, Alençon - Exposition De Dürer à Watteau

1er juillet 2013 - 31 décembre 2013
Musée des Beaux-Arts et de la Dentelle d'Alençon
Exposition De Dürer à Watteau


Quelques trésors du Cabinet des dessins et des estampes du Musée des Beaux-Arts et de la Dentelle sortent de leur réserve.
Une soixantaine d'oeuvres a été sélectionnée couvrant les périodes du XVe au XXe siècle.
Quelques grands noms sont à découvrir : Albrecht Dürer, Lucas Cranach, Antoine Watteau ou encore Théodore Géricault. A voir également des oeuvres réalisées par des artistes ornais de renom comme Pierre-François Godard fils ou Jean-Jacques Monanteuil.
A découvrir, un panorama exhaustif des collections du Cabinet des dessins et des estampes (auteurs, écoles, thématiques et techniques).


Musée Boucher-de-Perthes, Abbeville - Exposition : Les Antiques - Renaissance d'un monde oublié

5 juin 2013 - 31 décembre 2013
Musée Boucher-de-Perthes, Abbeville
Exposition : Les Antiques - Renaissance d'un monde oublié


Le musée Boucher-de-Perthes, à Abbeville, a inauguré lundi 3 juin, l'exposition "Les Antiques du Musée Boucher-de-Perthes. Renaissance d'un monde oublié." Elle est consacrée aux céramiques grecques de l'Antiquité, venant principalement d'Italie du sud et de Grèce.
Lynda Frenois, la directrice de ce musée, explique comment tout a commencé : "Nous avons retrouvé dans nos réserves, des caisses entières contenant les céramiques. Elles n'étaient ni enregistrées ni marquées. J'ai immédiatement appelé mon collègue du musée du Louvre. Et après cinq ans de travail en commun, on obtient cette merveilleuse exposition."
Ces 172 céramiques grecques datent du IIe au VIe siècle avant Jésus-Christ. L'exposition est principalement composée d'amphores grecques. Durant l'Antiquité, l'amphore était le récipient le plus utilisé pour le transport de produits de base, comme le vin ou l'huile d'olive. Christine Merlin est restauratrice dans les ateliers du Centre de recherche et de restauration des musées de France au musée du Louvre. Elle a travaillé sur chaque céramique de l'exposition. "Je ne pourrais pas vous dire le temps que j'y ai passé, car c'est un travail qui se fait aussi en dehors du musée. Je suis ravie d'avoir participé à la globalité de cette exposition."


Musée de France Opale Sud, Berck-sur-Mer - Exposition Ludovic Napoléon Lepic

7 juin 2013 - 31 décembre 2013
Musée de France Opale Sud - Berck-sur-Mer
Exposition Ludovic Napoléon Lepic (1839 – 1889), Le Patron

 
Première rétrospective consacrée à Ludovic Napoléon Lepic, l’exposition au Musée Opale Sud de Berck-sur-mer se tient sur deux niveaux accessibles à tous publics et présente plus d’une centaine d’œuvres et d’objets, issus de collections publiques et privées.
Ami d’Edgar Degas, "le Patron" joue un rôle fondateur dans l’histoire de la peinture à Berck en y installant, le premier, son atelier. Après avoir tâté de l’archéologie préhistorique, l’aquafortiste amateur de chiens y devient, sur le motif, « le patron » à l’instar de ceux qui nourrissent son inspiration. Il produit là, en quelques années (1873 – 1881), la part la plus attrayante d’une œuvre éclectique ensuite jalonnée par des voyages à Pompéï et en Egypte, puis par la création de costumes pour l’Opéra de Paris.


Domaine de Kerguéhennec, Bignan - Exposition : Sur le motif

20 octobre 2013 - 29 décembre 2013
Domaine de Kerguéhennec, Bignan
Exposition : Sur le motif


Le Domaine de Kerguéhennec invite, cet automne, trois artistes autour de la question du paysage et du motif, Ricardo Cavallo, Jean-Jacques Dournon et Jacques le Brusq. Il ne s’agit pas tant d’une exposition de groupe thématique que de trois expositions personnelles réunies par une préoccupation commune. L’occasion pour le Domaine de Kerguéhennec, dont l’un des axes majeurs est la question du paysage, de s’interroger sur une pratique ancienne qui, loin d’être obsolète, réactive la question de la peinture de paysage.


Musée de l’Hospice Saint-Roch, Issoudun - Exposition Deschamps - Hains

16 février - 29 décembre 2013
Musée de l’Hospice Saint-Roch, Issoudun
Exposition Deschamps - Hains


En 2003, le musée de l’Hospice Saint-Roch d’Issoudun consacrait une exposition rétrospective à Gérard Deschamps. Dix ans après, cet artiste est de nouveau à l’honneur aux côtés de son ami Raymond Hains dans une exposition qui révèle les influences entre ces deux hommes. La sélection des pièces et leur rapprochement dans l’espace de l’exposition permet ainsi de montrer entre les deux artistes des correspondances formelles, un intérêt commun pour des matières, des thématiques proches, mais aussi le goût des formules et des jeux de mots.
Gérard Deschamps et Raymond Hains sont deux représentants du Nouveau réalisme, complices après leur rencontre en 1957 à la Galerie Collette Allendy. Gérard Deschamps à accepter de prêter le temps de l’exposition les œuvres que Raymond Hains lui avaient offertes.
Croisement de deux regards grâce à des prêts de Gérard Deschamps et œuvres empruntées aux collections du Centre national des arts plastiques et des Fonds Régionaux d’Art Contemporain : accumulations, installations, photographies, affiches lacérées, tôles, Pneumostructures.


Musée du Château de Dourdan - Femmes artistes en Essonne

14 septembre 2013 - 29 décembre 2013
Musée du Château de Dourdan
Femmes artistes en Essonne


Le Musée du château de Dourdan, le Musée intercommunal d’Etampes, le Musée Robert Dubois-Corneau de Brunoy et le Centre culturel de Méréville se sont réunis pour présenter des œuvres de femmes artistes conservées dans leurs collections. Chaque exposition montre la place de ces artistes dans la société de leur temps au travers de quelques parcours singuliers dont Louise Abbéma, peintre de la Belle Epoque à Etampes, Virginie Demont-Breton, célèbre artiste plusieurs fois primée au Salon et Alice Dubois dont les œuvres constituent une partie des collections du musée de Brunoy. À Dourdan, le musée met à l’honneur Marie-Gabrielle Capet, portraitiste à la cour de Versailles, élève de Adélaïde Labille-Guiard, Sophie Demetz, dont les paysages et les vues d’architecture s’inscrivent dans la veine romantique. L’exposition présente, d’autre part, les œuvres de Aline Boulian, élève de Carolus-Duran et Jean-Jacques Henner, portraitiste et paysagiste demeurant à Dourdan à la fin du XIXe siècle, Cécile Luquet, dont les aquarelles s’inspirent de Madeleine Lemaire et de Jules Breton, enfin Marie-Elisabeth Wrede, d’origine autrichienne, portraitiste connue pour ses dessins à la mine de plomb, auteure d’un portfolio de lithographies de vues d’Ile-de-France. Chaque partenaire propose une programmation et des actions de médiation (conférences, visites commentées, ateliers pédagogiques, théâtre, concert...), les visiteurs pourront ainsi circuler d’un site à l’autre.


Espace Reine de Saba - Aden - Arthur Rimbaud... Enfer & Paradis

10 septembre 2013 - 28 décembre 2013
Espace Reine de Saba
Aden - Arthur Rimbaud... Enfer & Paradis


L'exposition relate la vie du poète Arthur Rimbaud quittant l’Europe en 1874 courant le monde et s’installant en 1880 à Aden en Abyssinie.
Après près de vingt ans de préparation, cette exposition sur la vie de Rimbaud vaut le détour. Vous y découvrirez les albuminées de 1856-1890, inédites & exclusives, ouvrages, cartes, plaques de verres peintes, photos du XX ème siècle, gravures, étoffes, objets du café & ethnologiques exceptionnels et maquettes d’architectures et de paysages.


Expo Sergio Larrain, Vagabondages

11 septembre 2013 - 27 décembre 2013
Fondation Henri Cartier-Bresson
Sergio Larrain, Vagabondages


Du 11 septembre au 22 décembre, la Fondation HCB présente une exposition exceptionnelle du photographe chilien Sergio Larrain. Cet ensemble retrace l’essentiel de son parcours singulier. Des images rares, une approche poétique, un photographe brillant qui a inspiré toute une génération de photographes.
L’exposition de la Fondation HCB, différente de celle des Rencontres d’Arles, présente sur deux étages, 128 photographies en noir et blanc, dont un ensemble précieux de tirages d’époque de la collection Magnum Photos et quelques inédits.
Les enfants abandonnés de Santiago, Londres, Paris, l’Italie, Valparaiso et l’Amérique du Sud en général comptent parmi les séries présentées. Dans les vitrines du deuxième étage, les visiteurs pourront découvrir la documentation sur les livres et les parutions dans la presse. Au troisième étage, est présenté un album réalisé en 1995 par Sergio Larrain. Il réunit textes, dessins et photographies – sa cosmogonie personnelle – et concentre toutes les préoccupations des dernières années de sa vie. Cette exposition est accompagnée d’une monographie très complète publiée aux Éditions Xavier Bar.


Centre Photographique d'Ile-de-France, Pontault-Combault - Exposition : Guy Tillin, Second Nature

15 septembre 2013 - 22 décembre 2013
Centre Photographique d'Ile-de-France, Pontault-Combault
Exposition : Guy Tillin, Second Nature


Pour sa seconde exposition monographique d'envergure en France, Guy Tillim dévoile dans son intégralité et de manière inédite le projet Second Nature, qui rassemble deux séries réalisées en Polynésie Française et au Brésil, à São Paulo, entre 2010 et 2011. Cet ensemble explore la capacité de la photographie à restituer le paysage, naturel ou urbain, en convoquant une problématique inhérente à la représentation du paysage : "Dans quelle mesure fabrique-t-on une scène et dans quelle mesure la laisse t-on s’exprimer pour ce qu’elle est ?"
Depuis la fin du XVIIIe siècle et les voyages du capitaine Cook, le paysage de Polynésie a été continuellement esquissé, puis photographié – sûrement parce qu’il se dérobe à toute représentation convaincante. Quand il photographie le paysage, Guy Tillim se donne pour objectif de « faire face à la difficulté de le voir pour ce qu’il est vraiment – un espace qui change de visage le temps d’un regard ou du spectre d’une pensée (2)». Plus qu’une représentation par le détail ou par la monumentalité, il cherche à fixer l’espace entre les deux, un espace où la nature se révèlerait familière, où chaque élément s’exprimerait sans hiérarchie.


Musée de la Loire, Cosne-Cours-sur-Loire - Exposition Les coulisses d’un musée. Histoire et vie des collections

4 mai - 21 décembre 2013
Musée de la Loire, Cosne-Cours-sur-Loire
Exposition Les coulisses d’un musée. Histoire et vie des collections


La première séquence de l’exposition raconte plus de 100 ans de l’histoire du musée. Documents d’archives, photographies et objets inédits sont présentés et illustrent les moments marquants de la vie du musée, de sa création en 1900 à son déménagement dans le bâtiment actuel, en passant par son bombardement en 1940.
La suite de l’exposition présente l’actualité du musée à travers le récolement et le chantier des collections. Depuis 2012, les œuvres passent une à une dans un processus destiné à améliorer leurs conditions de conservation. Ces opérations sont expliquées par des dispositifs ludiques, des photographies et un film documentaire.
Pour terminer, l’exposition met en lumière les principales acquisitions de ces 20 dernières années, acquisitions ou dons de particuliers.


Musée Georges-de-La-Tour, Vic-sur-Seille - Exposition St-Jérôme Georges de La Tour

1er septembre - 20 décembre 2013
Musée Georges-de-La-Tour, Vic-sur-Seille
Exposition St-Jérôme Georges de La Tour


Dans le cadre de Nancy Renaissance 2013, l'exposition Saint-Jérôme et Georges de La Tour au Musée Georges-de-La-Tour à Vic-sur-Seille, est une exposition exceptionnelle des travaux de Georges de la Tour sur Saint-Jérôme, avec des tableaux venus du monde entier dont un en exclusivité. Présentée par le Conseil Général de la Moselle à l’occasion du dixième anniversaire du Musée Georges-de-La-Tour à Vic-sur-Seille, cette exposition se veut une variation autour du thème de Saint Jérôme, plusieurs fois abordé par le peintre lorrain et son atelier. Une exposition exceptionnelle, présentant des œuvres jamais exposées en France rapatriées de plusieurs pays. Cette exposition sera ensuite présentée au Musée du Louvre, à Paris.
Saint Jérome a inspiré, à plusieurs reprises, Georges de la Tour, né à Vic-sur-Seille en 1593, mort à Lunéville en 1652. Cette exposition permet de confronter des œuvres conservées dans le monde entier de l'artiste le plus emblématique de la Lorraine. Pour la première fois, le tableau "Saint-Jérôme lisant" sortira d'Espagne. Une première depuis sa découverte en 2005, puisqu'il n'avait jamais quitté le Musée du Prado. A noter également l'exposition du "Saint Jérôme lisant" (un autre tableau) de la collection de Sa Majesté la Reine Elisabeth II d’Angleterre et le "Saint Jérôme pénitent au chapeau" du Nationalmuseum de Stockholm.



Exposition A tout coeur - Musée de la Visitation, Moulins

7 mai 2013 - 20 décembre 2013
Musée de la Visitation, Moulins
Exposition A tout coeur


L'expression "Sacré Cœur" évoque à certains une dévotion désuète, à d'autres une imagerie stéréotypée, à d'autres un désintérêt, voire une répulsion.
Par sa nouvelle exposition temporaire, A tout cœur, le Musée de la Visitation bat en brèche ces préjugés au travers d'oeuvres surprenantes et inédites issues du patrimoine artistique visitandin entre le XVIIe et le XXIe siècle. Chacune porte à sa manière ce cœur que sainte Marguerite-Marie décrit comme "plus rayonnant qu'un soleil et transparent comme un cristal."
Les premières œuvres, les plus rares désormais, ont été réalisées par les visitandines pour soutenir leurs prières personnelles, dans l'intimité de leur cloître. Elles brodent, enluminent des images, réalisent des décors de papiers roulés pour les premiers oratoires. A tout Cœur permettra de découvrir ces décors simples, vivants et colorés où s'épanouissent de nombreuses fleurs en particulier, les marguerites. A leur côtés de surprenants tableaux et des reliures réalisés en marqueterie de bois parfois ajourée, taillée dans les branches des noisetiers du bosquet des apparitions.
En dehors des cloîtres, le message de Paray touche peu à peu la société civile. Les monastères deviennent les lieux privilégiés de l'expression d'un large mouvement populaire. Les amis et bienfaiteurs participent à l'érection d'autels et offrent des dons précieux. A tout cœur présente ainsi des pièces inédites d'orfèvrerie rehaussées de bijoux et de spectaculaires vêtements liturgiques.


Maison de l'Amérique Latine - Exposition Marta Maria Pérez Bravo - Esprits de corps

19 septembre 2013 - 19 décembre 2013
Maison de l'Amérique Latine -
Exposition Marta Maria Pérez Bravo - Esprits de corps


Du 19 septembre au 20 décembre 2013, la Maison de l’Amérique latine accueille les œuvres de l’artiste cubaine Marta María Pérez Bravo. Près de cinquante photographies en noir et blanc (1998-2011), plusieurs vidéos (2010-2013) et une installation conçue spécialement pour l’espace, seront présentés. Autour du thème du corps entre érotisme et sacrifice, identité et masque, apparitions et révélations, cette exposition s’ouvre à une dimension universelle qui transfigure les relations de l’individu au monde.
Née à Cuba (La Havane, 1959), Marta María Pérez Bravo vit et travaille au Mexique depuis 1995. Après des études de peinture – Académie San Fernando et Instituto Superior de Arte de La Havane – entre 1975 et 1984, elle choisit la photographie et l’utilise d’abord en tant que document pour témoigner des interventions et performances qu’elle réalise dans le paysage. Son attirance pour le monde rural cubain, où croyances religieuses et superstitions populaires sont encore très vivaces, ajoutée à son expérience de la maternité, va l’amener à engager une relation singulière avec son propre corps qu’elle utilise comme support et médiation, "autel" ou "réceptacle", pour construire une œuvre personnelle.
Marta María Pérez Bravo a réalisé de nombreuses expositions individuelles et collectives internationales depuis 1984 et elle est présente dans les collections de plusieurs musées dont le Reina Sofía (Madrid) ; la Maison Européenne de la Photographie (Paris) ; la Collection Daros (Zurich) ; la collection Phillips de Pury & Company (New York) ; le Museo Nacional de Arte à La Havane (Cuba) ; le Museum of Art de Pori (Finlande) ; le Ludwig Forum (Aix-la-Chapelle) et le Museum of Fine Arts (Houston).


Institut des Cultures d'Islam - Exposition La Voie du Baye Fall

13 septembre 2013 - 19 décembre 2013
Institut des Cultures d'Islam
Exposition La Voie du Baye Fall


Depuis son ouverture en 2006, l'Institut des cultures d'Islam s'attache à montrer la diversité des formes et cultures liées à l'Islam, que ce soit en contexte minoritaire comme à New York ou à Paris, dans le monde arabe mais aussi au-delà, en Turquie, en Asie centrale ou encore en Iran.
A l'occasion du tandem Dakar-Paris, c'est l'islam subsaharien que l'ICI met à l'honneur, et notamment les Baye Fall, émanation du mouridisme.
Montrées en exclusivité pour l'Institut des cultures d'Islam, les images de Fabrice Monteiro sont le fruit d'une immersion dans cette communauté dont le photographe a partagé le quotidien pendant deux ans.
L'exposition se compose de trois temps forts : au rez-de-chaussée, le hall d'entrée accueille un diaporama qui retrace le voyage initiatique du photographe au sein de la communauté, puis un espace consacré aux scènes collectives. Le parcours de l'exposition se poursuit à l'étage par une galerie de portraits à l'esthétique en clair-obscur proche de la tradition picturale classique.


Bibliothèque universitaire Saint Serge, Angers - Exposition : Les Gueules noires

Jusqu'au 19 décembre 2013
Bibliothèque universitaire Saint Serge, Angers
Exposition : Les Gueules noires


"Dès que Claude Dityvon obtint son premier appareil photo, après avoir parcouru les Bidonvilles de la Courneuve, il se souvint que dans le Bar Armand à la Rochelle, où travaillait sa mère, la clientèle était en grande partie des marins pêcheurs. Les entendant tous les jours parler de leur univers, il entreprit avec eux un travail de dix sept jours en mer.Suite à cette expérience, il décida d'entreprendre une saga sur un autre milieu : celui du Monde Ouvrier. Il commença ainsi une recherche sur cet univers dont on parlait peu : celui des mineurs.
1968. Il partît en train, avec son solex, vécut chez l'habitant, et parcourut le département du Nord à la recherche des "MINEURS" et de leur environnement. Il put aller au fond de la mine grâce à la complicité des ouvriers. Il n'était pas rare que lorsqu'il descendait dans les profondeurs des filons, il soit pris de nausées et de vomissement. Il devait pourtant y faire face, rien que par respect pour ces hommes. C'est avec leur connivence qu'il put réaliser ce travail unique et être au plus près de la dureté de leur quotidien, témoigner des conditions acrobatiques et dangereuses de leur action. Malgré les difficultés de ces prises de vues, il eut la ténacité de réaliser ce travail qui restera un profond témoignage sur ce métier. Quelques mois après son intervention, les mines en question fermèrent définitivement. Deux des photographies exposées symbolisent parfaitement ce métier disparu : l'image d'un tapis roulant avec les derniers petits tas de charbon et l'image de ce paysage de terril, élevé au patrimoine mondial de l'UNESCO en 2012."


Archives Nationales, Site de Fontainebleau - Expo Le don de l'architecture

14 septembre 2013 - 18 décembre 2013
Archives Nationales - Site de Fontainebleau
Le don de l'architecture


À travers une sélection de documents variés (diplômes, plans, croquis, photographies, maquette, enregistrement vidéo…) l'attention particulière portée par ces deux architectes à la valorisation du patrimoine bâti sous toutes ses formes sera mise en valeur, permettant ainsi d'appréhender la grande richesse de leurs réalisations architecturales qui concernent aussi bien des constructions neuves que la rénovation ou la restauration de bâtiments plus anciens, parfois classés monuments historiques.
ette exposition sera l'occasion de mettre en valeur deux parcours d'architectes qui ont réalisé, pendant deux époques successives avec chacun leur style propre et des choix architecturaux différents, de nombreuses constructions : édifices religieux, hôpitaux, maisons d'habitation, bâtiments à vocation culturelle ou sociale… Les archives retenues seront présentées à travers plusieurs thématiques : leur vie et leur formation d'architecte, un certain nombre de chantiers emblématiques auxquels ils ont tous les deux participé tour à tour (Marion Tournon-Branly ayant parfois achevé l'œuvre de son père afin que le projet initial ne soit pas trahi) ou des œuvres personnelles, et enfin la manière dont ils ont su transmettre leur savoir au cours de leurs activités d'enseignement.


Expo Chris Marker

16 octobre 2013 - 16 décembre 2013
Centre Pompidou
Planète Marker – Cinéastes en correspondances


Philosophe, essayiste, poète, éditeur, voyageur, photographe, cinéaste, vidéaste, plasticien, créateur sur Second Life et sur Internet… il n’est quasiment pas de formes d’expression intellectuelle et artistique que Chris Marker n’ait pratiquées, du début des années 1950 jusqu’à sa mort en juillet 2012. Passionnément curieux, résolument engagé, il a accompagné les évolutions et révolutions politiques, sociales, culturelles, technologiques, esthétiques de son temps avec une inventivité et une exigence d’intelligence et de lucidité inégalées. À tel point que, tout en cultivant le secret autour de sa personne, Marker a été et est toujours omniprésent. Sa disparition récente n’en est pas une, tant il a disséminé, inspiré et encouragé autour de lui, c’est à- dire autour de la planète.
Pendant deux mois, le Centre Pompidou, auquel s’associe le Festival d’Automne à Paris, propose de découvrir cette Planète Marker à travers une programmation et une exposition qui rendent compte de la pluridisciplinarité au coeur de sa démarche et montrent l’ensemble des formes et supports avec lesquels il a travaillé.


Camp des Mille, Aix - Exposition Créer pour résister

20 septembre - 15 décembre 2013
Camp des Mille, Aix
Exposition : Créer pour résister


Le site mémorial du Camp des Milles, camp français d’internement et de déportation encore préservé et désormais accessible au public, accueille une exposition sur quatre peintres et graveurs internés au cours de la seconde guerre mondiale : Hans Bellmer, Max Ernst, Ferdinand Springer et Wols. L’exposition réunit une cinquantaine d’œuvres des années 1939-1941, ainsi que des documents concernant les artistes et des pièces d’archives relatives à la vie au Camp des Milles. Toutes ces réalisations diverses qui témoignent de la persistance de leur activité créatrice retracent les parcours de ces hommes dans la tourmente de l’emprisonnement et forment un véritable hommage à leur mémoire.


CAIRN, Digne-les-Bains - Exposition NG Free Solo

20 septembre - 15 décembre 2013
CAIRN, Digne-les-Bains
Exposition NG Free Solo


L’exposition présente la vidéo FREE SOLO, une œuvre commandée par le CAIRN Centre d’art où l’on voit l’artiste NG escaladant une falaise du Verdon parfaitement verticale dans une scension infinie et variée. La mise en scène opte pour un plan moyen sur la grimpeuse et le rocher. Le public est invité à s’asseoir et même à s’allonger sur la grande plateforme pour suivre de façon plus intime la projection. Possédant différents niveaux de lecture, cette vidéo de NG est aussi un hommage rendu aux grimpeurs morts en pratiquant l’escalade en solo intégral (en anglais "free solo"). Ce principe, définissant l’escalade sans matériel de sécurité, fait partie des pratiques de l'alpinisme depuis ses origines.


Musée départemental d'Art Contemporain, Rochechouart - Exposition Raoul Hausmann

1er mars 2013 - 15 décembre 2013
Musée départemental d'Art Contemporain, Rochechouart
Exposition Raoul Hausmann


"L’Esprit de notre temps" (1920) est sûrement le portrait le plus connu et le plus surprenant de Raoul Hausmann. Dans cette sculpture conservée au Musée national d’art moderne/Centre Georges Pompidou (Paris), l’homme moderne est représenté sous la forme d’une tête mécanique, celle d’un mannequin de bois affublé d’instruments de mesure et de divers autres objets. C’est également l’une des œuvres phares du mouvement Dada, par son humour noir et son collage iconoclaste.
A partir d’une sélection d’œuvres de la collection du musée autour du portrait, cette exposition aborde la diversité des pratiques plastiques de Raoul Hausmann (peintures, dessins, photographies, collages et photomontages), mais aussi sa relation au corps et à la performance. De ses premiers portraits réalistes jeune homme, en passant par l’influence cubiste, expressionniste, la création dadaïste, jusqu’aux mises en scène filmées de ses déclamations de poésie, cette quête de l’homme de notre temps va de l’introspection au regard porté sur les autres, du dialogue intime avec le modèle aux photographies de rue.


Musée départemental d'Art contemporain, Rochechouart - Exposition Carolee Schneemann. Œuvres d’Histoire

5 octobre - 15 décembre 2013
Musée départemental d'Art Contemporain, Rochechouart
Exposition Carolee Schneemann. Œuvres d’Histoire


L’exposition Carolee Schneemann. Œuvres d’Histoire suivra le parcours de l’artiste depuis Meat Joy, en passant par ses œuvres réalisées autour de la guerre du Viet-Nam et de la guerre du Liban dans les années 1980, jusqu’à ses travaux les plus récents, pour certains inédits en Europe. Sera ainsi présenté Terminal Velocity étonnant montage photographique qui résonne comme une nouvelle forme de peinture d’histoire. Sur cinq colonnes, Carolee Schneemann y redonne une dure humanité à un fait historique dans le cadrage resserré autour de la chute des corps du haut des tours du World Trade pendant l’attentat du 11 septembre 2001. Cette œuvre, acquise l’année dernière par le musée, est une création percutante autour d’un évènement crucial pour notre époque. Elle remet également en perspective la diffusion médiatique des images d’actualité. Cette question du flot des images est également au cœur de plusieurs installations vidéographiques récentes de l’artiste, comme More Wrong Things (2001) ou Precarious (2009), où le spectateur est immergé dans le flux des projections et de leurs miroitements.


Crédac Ivry - Expo : Michel Aubry

20 septembre - 15 décembre 2013
Crédac Ivry-sur-Seine
Michel Aubry The Searchers


Michel Aubry (né en 1959, vit à Paris) déploie depuis une vingtaine d’années une œuvre programmatique, consistant souvent à interpréter des objets ou œuvres emblématiques de la modernité à travers un vocabulaire formel issu de différents artisanats (facture instrumentale, ébénisterie, art du costume, tapisserie). Le processus de fabrication y est central, régi par un protocole de production subvertissant le rapport entre original et copie. Pour son exposition au Crédac, Michel Aubry présente des réinterprétations d’architectures éphémères et prototypes de mobilier présentés par l’Union Soviétique à l’Exposition Internationale des Arts Décoratifs et Industriels Modernes de Paris en 1925 : le Club Ouvrier d'Alexander Rodtchenko, le Kiosque de Konstantin Melnikov, et le Pavillon de l’URSS, également conçu par Melnikov, qui fait ici l’objet d’une production inédite. Paris, 1925. Alexander Rodtchenko séjourne à Paris pour superviser l’installation de l’exposition de l’URSS au Grand Palais, de son Club ouvrier et des kiosques de Melnikov, dont il avait pensé les couleurs. Avec ses formes et matériaux simples, économiques et fonctionnels, l’architecture de Melnikov est alors la matérialisation architecturale de la nouvelle esthétique de la Révolution, l’instrument idéologique d’un rapport renouvelé aux objets et au savoir. Dans les Galeries étrangères, Rodtchenko présentait son Club Ouvrier, un ensemble de mobilier de lecture, de jeu et de socialisation destiné à être diffusé dans tout le pays, reflet d’une utopie d’intégration de tous les arts dans la vie quotidienne et de participation au progrès humain.


Expo : Paysages de banlieue

20 mars - 15 décembre 2013
L'Écomusée du Val-de-Bièvre
Paysages de banlieue


L'Ecomusée du Val-de-Bièvre vient d'ouvrir les portes de sa nouvelle exposition. Jusqu'au 15 décembre, la banlieue révélera ses paysages préhistoriques, anciens et contemporains car ils changèrent sans cesse au fil des années.
"C’est toute l’histoire du territoire et de ses paysages qui prend corps à vos yeux. Son évolution vous est présentée selon diverses approches : la géologie, la cartographie et les grandes catégories paysagères (végétal, bâti, infrastructure). Elle commence à la période classique au cours de laquelle le territoire du Val de Bièvre est essentiellement rural, pour s’achever à la période de densification de l’urbanisme qui s’étend des années 1960 à nos jours. Cela permet d’évoquer le développement des voies de communications et l’émergence des grands domaines au XVIIème siècle, l’essor de l'industrie et l'apparition du train au XIXème siècle, la multiplication des lotissements de "pavillons de banlieue", l’architecture et l’urbanisme moderne définis par la charte d'Athènes, etc. Le coeur de l’exposition prend la forme d’une galerie d’art contenant plus d’une centaine de représentations de paysages sur divers médiums : cartographie, gravure, dessin, peinture, photographie ou carte postale. Vous y découvrez des documents originaux et rares, exceptionnellement sortis de collections nationales.


Centre des arts d'Enghien-les-Bains - Exposition Miguel Chevalier, Power Pixels

19 Septembre 2013 - 15 décembre 2013
Centre des arts d'Enghien-les-Bains
Exposition Miguel Chevalier, Power Pixels


Artiste numérique Miguel Chevalier utilise l'informatique comme moyen d’expression dans le champ des arts plastiques. Il s'est imposé internationalement comme l'un des pionniers de l'art virtuel. Son oeuvre, expérimentale et pluridisciplinaire, prend ses sources dans l'histoire de l'art dont il reformule les données essentielles. Son travail aborde les logiques induites par l’ordinateur, telles que l'hybridation, la générativité, l'interactivité, la mise en réseau. Il développe différentes thématiques, telles que la relation entre nature et artifice, l'observation des flux et des réseaux qui organisent nos sociétés contemporaines, l'imaginaire de l’architecture et des villes virtuelles. L'exposition Power Pixels 2013 s'inscrit dans la lignée de ces recherches et propose un univers poétique à partir de modèles informatiques composés de fractals ou bien encore d'algorithmes. Dans les espaces d'exposition, trois installations de réalité virtuelle sont présentées dans leur version 2013 : les "Pixels Flowers", les "Méta-cités" et les "Nuage Fractal" proposent ainsi des univers génératifs en mouvement et en transformation perpétuelle. Ces environnements se prolongent par une série d'oeuvres fixes, tirages photographiques, caissons lumineux, mais aussi des sculptures réalisées avec les nouvelles imprimantes 3D. C'est une nouvelle forme de production qui permet de matérialiser l’univers de Miguel Chevalier composé de pixels et participe à l'élaboration d'une esthétique du virtuel.


FIAP Jean Monnet - Exposition Autour de Montsouris

23 octobre 2013 - 15 décembre 2013
FIAP Jean Monnet
Exposition Autour de Montsouris


A l'initiative du Conseil de Quartier Montsouris-Dareau, avec le soutien du FIAP Jean Monnet, l'exposition "Le 14 en pause autour de Montsouris" est un parcours qui engage une réflexion sur la manière dont nous vivons ensemble sur un territoire. Elle propose une traversée du secteur « Montsouris-Dareau », dans le14e arrondissement, au fil des époques et à travers différents regards. Brassaï, Agnès Varda, Jérôme Plon, Ulla Wolfender et d'autres riverains amateurs et passionnés participent à ce dialogue à travers leurs photographies et leurs témoignages.


Maison du Danemark - Exposition : Jacob Aue Sobol

15 novembre 2013 - 15 décembre 2013
Maison du Danemark
Exposition : Jacob Aue Sobol


Jacob Aue Sobol a connu une percée internationale en 2004 avec le livre "Sabine", un récit très personnel de la vie dans et autour du petit village de Tiniteqilaaq sur la côte est du Groenland, où le photographe a vécu pendant deux ans et a été formé en tant que chasseur - pêcheur. Le livre a été nominé en 2005 pour le Deutsche Börse Photography Prize. En 2008 sort la représentation de la métropole "I, Tokyo" au langage de formes direct et cru, et aux critiques très positives. Il reçoit le prix Leica European Publishers la même année. Depuis 2012, Sobol a travaillé en collaboration avec Leica Camera sur le projet « Arrivals and Departures », un projet centré sur les villes le long du chemin de fer transsibérien. Avec toi rassemble à la fois l'œuvre principale "Sabine", une série de photos en grand format comprenant entre autre des photos de la série « I, Tokyo », et un travail en cours avec environ 100 photos de la nouvelle série "Arrivals and Departures". Jacob Aue Sobol expose à la fois au Danemark et à l'étranger entre autres au Musée d'Art Moderne de San Francisco et au Musée National de la Photographie de Copenhague, et dernièrement avec le photographe suédois Anders Petersen à l'Académie des Arts à Riga, en Lettonie.


Institut Néerlandais - Expo Hieronymus Cock, La gravure à la Renaissance

18 septembre 2013 - 15 décembre 2013
Institut Néerlandais
Exposition Hieronymus Cock, La gravure à la Renaissance


Hieronymus (Jérôme) Cock fut certainement le plus grand éditeur d’estampes des Pays-Bas. Sa maison d’édition "Aux Quatre Vents", à Anvers, se spécialisa dans la publication d’images mais à une échelle jamais connue jusqu’alors.
Cock ne sut pas seulement attirer à lui les meilleurs graveurs de l’époque, mais passa aussi commande de centaines de projets d’estampes aux artistes les plus ambitieux et novateurs de son temps. L’éditeur joua ainsi un rôle décisif pour la réception de l’art italien dans les Pays-Bas et pour l’introduction de nouvelles formes d’ornement et d’architecture. Mais c’est également lui qui le premier reconnut le talent de Pieter Bruegel l’Ancien. Grâce aux estampes publiées "aux quatre vents", les fantaisies infernales et les grandioses paysages de Bruegel furent rapidement disséminés dans toute l’Europe.
L’exposition, qui a d’abord été présentée au M-Museum de Louvain, rassemble tous les aspects du vaste éventail d’images que les clients des «Quatre Vents » pouvaient trouver dans l’échoppe anversoise. Les estampes de la sélection proviennent du riche fonds de la Bibliothèque royale de Belgique (Bruxelles). L’ensemble est complété de prêts d’autres grandes collections européennes et notamment de plusieurs des rares dessins préparatoires pour les estampes encore conservés.


Bibliothèque Municipale, Versailles- Exposition Le Labyrinthe : du mythe au jeu

14 septembre - 14 décembre 2013
Bibliothèque Municipale - Versailles
Exposition Le labyrinthe : du mythe au jeu


Bien qu’il ait disparu en 1775, le Labyrinthe de Versailles conserve aujourd’hui une aura de mystère et contribue à la fascination exercée par le Château. Dessiné et planté dès 1665 par Le Nôtre, jardinier en chef des parcs et jardins du Château de Versailles, le bosquet du Labyrinthe occupait l’emplacement de l’actuel bosquet de la Reine. D’abord simple circuit d’allées sinueuses, le Labyrinthe fut agrémenté entre 1671 et 1674 d’un réseau de 38 fontaines chacune représentant un épisode tiré des fables d’Ésope. L’exposition installée dans l’enfilade des cinq salles de la Galerie de Affaires étrangères de Louis XV, présentera des pièces évoquant ce bosquet disparu : quelques statues de plomb, l’exemplaire du Roi du Labyrinthe de Versailles (Collections du Petit Palais), des textes, gravures, tableaux et plans… Seront également évoqués la symbolique du labyrinthe (Antiquité, dédales du pavement de cathédrales médiévales, labyrinthes végétaux de la renaissance), sa postérité, sa notoriété et ses échos historiques, littéraires ou musicaux. Le visiteur sera totalement immergé dans le Labyrinthe afin de retrouver les sensations des promeneurs de l’époque. La 5ème et dernière salle donnera un écho plus contemporain aux multiples illustrations du mythe : abandonné un temps durant le XIXème siècle, le thème du labyrinthe connaît un nouvel essor depuis le XXème siècle. Il sera présenté sous différentes formes artistiques et ludiques : cinéma, littérature, photo, land’art, dessin, mosaïque et jeux traditionnels ou vidéos.


Institut Hongrois - Exposition : Mouvement, rythme, danse.

7 novembre 2013 - 14 décembre 2013
Institut Hongrois
Exposition : Mouvement, rythme, danse. Les débuts de la danse moderne en Hongrie (1902-1950)


L’exposition Mouvement, rythme, danse retrace l’histoire de la danse moderne et ses relations avec la musique de Béla Bartók et de Joseph Kosma à travers des photos vintage des grands photographes de l’époque (József Pécsi, André Kertész, Ergy Landau, Angelo, Dénes Rónai, Olga Máté, Ada Ackermann) et les œuvres d’artistes s’inspirant du nouvel art orchestique.
Les débuts de la danse moderne hongroise remontent à 1902, date de la première représentation d’Isadora Duncan en Hongrie. La danse moderne hongroise entre les deux guerres mondiales étant non seulement une danse libre, mais une sorte de mode de vie, elle est étroitement liée aux arts plastiques et aux tendances philosophiques de l’époque. Ses racines ancrées dans la gymnastique, il constitue la base de la kinésithérapie. A partir de 1912, les premières écoles de danse orchestique voient le jour sous l’impulsion d’Alice Madzsar et Valéria Dienes (élèves respectifs de Bess Mensendieck, Henri Bergson et de Raymond Duncan) qui entretiennent des relations étroites avec le groupe d’artistes Nyolcak (Les Huits) et d’autres groupes d’intellectuels progressistes comme Galilei Kör, Vasárnapi Kör (Cercle Galilei et Cercle de Dimanche). Vaslav Nijinski, qui est monté sur les scènes de l’Opéra de Budapest avec les Ballets russes en 1912, a travaillé sur sa dernière chorégraphie entre 1914 et 1916 en Hongrie et était probablement en contact avec Valéria Dienes.


Maison de la culture du Japon à Paris - Exposition Kanazawa

2 octobre 2013 - 14 décembre 2013
Maison de la culture du Japon
Exposition Kanazawa - Aux sources d'une culture de samouraïs


Située en bordure de la mer du Japon, Kanazawa était la capitale du fief de Kaga. Ce fief, le plus grand du Japon, était depuis le milieu du XVIe siècle celui du puissant clan Maeda qui y encouragea l’épanouissement des arts. Les seigneurs Maeda favorisèrent le développement de la cérémonie du thé et du théâtre nô, éléments incontournables de la diplomatie entre guerriers, et accueillirent les plus grands maîtres artisans d’Edo (actuel Tôkyô) et de Kyôto.
Alors que le Japon traversait une longue période de paix, les samouraïs de Kanazawa établirent avec succès leur propre culture, distincte de celle d’Edo, siège du gouvernement du shôgun. Cette exposition présente bien sûr des armures, sabres et casques de guerriers. Elle fera cependant la part belle aux arts liés à la cérémonie du thé (céramique, calligraphie…) ainsi qu’au théâtre nô avec de splendides masques et kimonos. Une vaste sélection de luxueuses pièces d’artisanat d’art (étoffes teintes, laques maki-e, pièces d’orfèvrerie, céramiques) sera également exposée.
Dans la seconde moitié du XVIe siècle, son soutien à Oda Nobunaga puis à Toyotomi Hideyoshi – les deux plus grands chefs de guerre de l’époque – valurent à Maeda Toshiie (1538-1599) l’attribution de domaines dans la province de Kaga. Il fut le premier des quatorze seigneurs qui se succédèrent à la tête du grand fief de Kaga. C’est en contre­bas du château où il résidait que se développa la ville de Kanazawa, dont la population comptait de très nombreux vassaux, ainsi que des commerçants et des artisans. Avec plus de 100.000 habitants au début du XVIIIe siècle, elle était la quatrième ville du pays après Edo, Ôsaka et Kyôto.


Fondation Calouste Gulbukian - Exposition Present Tense

18 septembre 2013 - 14 décembre 2013
Fondation Calouste Gulbukian
Exposition Present Tense - Photographies du Sud de l'Afrique


Alors que 2011 a marqué les vingt ans de la fin de l'apartheid en Afrique du Sud, la Délégation en France de la Fondation Calouste Gulbenkian célèbre, en collaboration avec le programme Gulbenkian Next Future, les photographes du sud de l'Afrique. S'intéresser à l'Afrique revient à s'intéresser à un continent où l'histoire de la photographie est particulièrement importante. Peu visibles en Europe bien que porteurs d'autant de talents que d'un regard aiguisé sur leurs sociétés, deux importantes générations de photographes sont ici présentées. Ces derniers développent deux tendances : alors que certains prouvent qu'ils n'oublient pas leur passé et leur histoire, d'autres se tournent désormais vers l'avenir. L'exposition, qui réunit les travaux de 14 photographes, met en valeur les tensions contemporaines qui existent dans leurs pays et les sociétés en général. A travers des choix de thèmes et de mises en scène savamment réfléchis et parfois insolites, où la question sociale, d'identité et l'espace public sont souvent au centre de l'œuvre, ces tensions deviennent productives et participent à la richesse des propositions de ces artistes.
Entrée libre.


Institut Culturel Mexicain - Exposition Complicités : Frida et Diego

11 octobre 2013 - 13 décembre 2013
Institut Culturel Mexicain
Exposition Complicités : Frida et Diego


Riche de 35 photos, cette exposition dépeint les passions partagées par les deux artistes emblématiques de l'art moderne mexicain pendant leur liaison de plus de vingt-cinq ans, qui se déroule sur la toile de fond des événements politiques les plus marquants survenus au Mexique lors de la première moitié du vingtième siècle.
Ces photos nous invitent également, pas à pas, à suivre cette relation entre Rivera et Kahlo, selon des spécialistes mexicains. Tout laisse à penser que la Révolution mexicaine (1910-1920) les a profondèment marqués et a inauguré la grande complicité qui paraît avoir toujours régné entre eux.
L'exposition retrace une histoire de gestes politiques et de lutte ouvrière imprégnée de patriotisme, qui les a unis de leur vivant mais aussi après leur mort.
Entrée libre.


Le Bal - Exposition Mark Cohen, Dark Kness

27 septembre - 8 décembre 2013
Le Bal
Exposition Mark Cohen, Dark Kness (1969-2012)


Mark Cohen est né en 1943 à Wilkes-Barre, petite ville minière de Pennsylvanie. Au début des années 70, tout en s’inscrivant dans la droite ligne de la «Street photography», genre dominant de la photographie américaine à cette période, il invente une écriture singulière marquée par un agencement fulgurant des lignes et, au même moment, une saisie instinctive de la qualité organique, sculpturale des formes. Dans son atelier, se font face deux photographies: l’une de la période surréaliste d’Henri Cartier-Bresson et l’autre d’Aaron Siskind. On retrouve la géométrie élégante de l’un et la plénitude aride de l’autre dans l’oeuvre de Mark Cohen, exposée par John Szarkowski au MoMA dès 1973.
Arpentant inlassablement depuis 40 ans les rues de sa ville natale et de ses environs, Mark Cohen capture, ou plutôt prélève, des fragments de gestes, postures ou corps. En coupant et sculptant ainsi dans l’épaisseur du monde, la photographie de Mark Cohen impose par touches successives une vision kafkaïenne, impitoyable et poétique, d’un territoire avec lequel il fait corps. Une vision de l’intérieur. Le déclin de la petite ville minière est bien là mais la quête de Mark Cohen est dénuée d’intention documentaire. Répétitif jusqu’à l’obsession, il ne sait ni ce qu’il cherche ni pourquoi il est venu, mu par la beauté d’une rencontre fortuite, par les tourments ou délices qu’il devine dans la substance de l’autre.


Pavillon Carré de Baudouin - Bamako Photo In

4 octobre - 7 décembre 2013
Pavillon Carré de Baudouin
"Bamako Photo In


Du 4 octobre au 7 décembre 2013, c’est au pavillon Carré de Baudouin que le 20e rend hommage, sous le haut patronage de Madame Valérie Trierweiler, aux photographes maliens toutes générations confondues. Une grande première sur Paris pour un tel événement.
Né du désir d’engagement de passionnés de la photographie, cette exposition a pour volonté de faire découvrir les œuvres de photographes maliens émergents hors des frontières de leur pays, mais aussi de saluer le talent de leurs pairs. L’exposition – inédite – Bamako Photo in Paris permet, à travers le prisme de la photographie, de poser un autre regard sur l’histoire du Mali et de sa société. L’organisation de l’événement — soutenu par le Ministère de la Culture et de la Communication — est le fruit d’une étroite collaboration entre la mairie du 20e arrondissement, l’équipe du pavillon Carré de Baudouin, Françoise Huguier, commissaire de l’exposition, et son assistante, Hélène Trezel Fallard.


Maison Elsa Triolet - Expo Peter Stämpfli

Jusqu'au 1er décembre 2013
Maison Elsa Triolet-Aragon, St-Arnoult-en-Yvelines
Exposition Peter Stämpfli


Peter Stämpfli va d'abord peindre des objets prélevés dans la vie courante. Pas des êtres humains, pas des situations pathétiques fortes, chargées d'émotion, mais des "marchandises" typiques, de celles que va imposer dans notre quotidien la société de consommation. Peter Stämpfli s'empare de ces nouvelles icônes pour les dépouiller de leur utilité et en faire apparaître la beauté. Il ne peint pas des "choses" mais des rêves de puissance coagulés dans les choses. Et c'est toute notre "société moderne" qui se perçoit d’un œil neuf. Puis, au fil du temps, Peter Stämpfli va devenir le peintre d'un seul objet : le pneu. Partant de la voiture, il est passé à la roue, puis au pneu, jusqu'à ne plus peindre que cela. On pensera : quelle pauvreté ! Quelle gamme réduite ! Et l'on aura tort. Car Stämpfli va prouver que l'on peut construire une œuvre étourdissante de variété avec un seul sujet décliné.


Musée Lambinet - Expo Anna Maria Tsakall

Jusqu'au 1er décembre 2013
Musée Lambinet, Versailles
Exposition Anna Maria Tsakall Infini-végétal


L’exposition des peintures et des dessins d’Anna Maria Tsakali se déploie suivant un cheminement chronologique et thématique et constitue comme une plongée dans l’œuvre de l’artiste. Plus de 50 œuvres, souvent de très grand format (200cm x 180cm), expriment le goût d’un infini végétal. Le parcours de visite s’ouvre sur l’apparition grandissante des plantes dans l’œuvre d’Anna Maria Tsakali, alors plutôt tournée vers la description de l’univers urbain. La mer et la terre, puis les végétaux, s’imposent peu à peu à la fin des années 1990. Dans les années 2004-2005, la beauté des fleurs s’oppose à une irrépressible circonscription dans des éléments citadins : vitrines, pots, parterres de jardins publics fermés d’une grille. La plante devient métaphore de l’Homme contraint dans une vie étriquée. Son existence entière se résume à une poussée vers le haut somme toute bien relative... Lentement, un travail d’abstraction s’opère, qui voit toute référence à un contexte disparaître. Les fonds se dissolvent et consistent en un ciel relativement éthéré sur lequel la plante se superpose. Elle grimpe, se libère, envahit la toile de façon désordonnée et foisonnante. « Son espace se serre de plus en plus jusqu’à devenir labyrinthe dense et frais, un enclos préservé, sorte de paradis originel » (Eurydice Trichon-Milsani). Avec ce foisonnement intense coexiste aussi la recherche de l’aérien. Dans les années 2006-2008, Anna Maria Tsakali travaille à une vision d’une végétation déployée en feu d’artifice, à la manière des galaxies dans l’espace infini. Non seulement elle se superpose au ciel, mais elle semble aussi prête à s’y disperser, à s'y fondre avec délices.


Hôtel de Malestroit / Maison Daguerre, Bry-Sur-Marne - Entre Vues

14 sept. - 1er décembre 2013
Hôtel de Malestroit / Maison Daguerre, Bry-Sur-Marne
Entre Vues


La Ville de Bry-sur-marne à travers le musée Adrien mentienne et en collaboration avec le musée Gatien-Bonnet de Lagny-sur-Marne, organise une exposition consacrée aux techniques photographiques utilisées au temps de louis daguerre. Ces procédés photographiques primitifs artisanaux sont toujours utilisés de nos jours. Cette exposition réunira près de cent cinquante œuvres d’artistes contemporains et des photographies inédites du baron Humbert de Molard.
l’œuvre d’Humbert de Molard s’inscrit dans une tradition photographique propre au XIXe siècle où sont abordés couramment le portrait, la composition de groupe, le paysage et la nature morte. Il est au XIXe siècle, l’un des découvreurs de ce nouvel art.


Museum National d'Histoire Naturelle - Exposition Sarah Moon, Alchimies

14 octobre - 1er décembre 2013
Museum National d'Histoire Naturelle
Exposition Sarah Moon, Alchimies


"Taxidermisés, empaillés, embaumés, quoiqu'il en soit, vrais ou faux, morts ou vifs, clairs ou obscurs, d'hier ou d'aujourd'hui, en noirs ou en couleurs, impressionnés sur un cliché, j'expose au Musée d'Histoire Naturelle mes récits pas très naturels du Minéral du Végétal et de l'Animal." Sarah Moon.
Cette exposition présente une nouvelle production d'images, réalisée cet été, des arbres du Jardin des Plantes, des fleurs, des animaux de la Ménagerie et de la zoothèque mis en scène dans les bâtiments historiques et les jardins du Muséum, ainsi que les images d'oiseaux réalisés en 2000. Composée d'une centaine de photographies, l'exposition Alchimies regroupe les tirages donnés au Muséum, ainsi que ceux de la collection personnelle de Sarah Moon, sur le thème de la nature.