Société des Amis de la Bibliothèque Forney




HOMMAGE À PARIS : SERGE BELLONI
18 décembre 1968 au 5 Janvier 1969


Serge Belloni dit le Peintre de Paris

Serge Belloni dit le Peintre de Paris, artiste peintre, né en 1925 à Plaisance (Italie), décédé en 2005.

Grandes expositions :
* 1967 - Musée d’art moderne
* 1968 - Hôtel de Sens avec 80 tableaux appartenant à des collections privées
* 1971 et 1973 - Rétrospective des œuvres de 1943 à 1973 au musée Galliéra
* 1974 - À l’Orangerie du Luxembourg à Paris
* 1975 - Londres
* 1977 - Nice (rétrospective)
* 1981 - Trianon de Bagatelle
* 1982 - Rétrospective 1942-1982 au Musée du Luxembourg
* 1986 - Rétrospective au musée Carnavalet (40 ans, 140 tableaux)
* 1990 - Rétrospective (1940-90) à Sarlat
* 1992 - Rétrospective au château de Sedières en Corrèze


Serge Belloni sur Wikipedia




Exposition Serge Belloni dit le Peintre de Paris






SERGE BELLONI
Un hymne à Paris en quatre-vingts toiles par Frédéric Megret



Ce grand garçon, direct et franc, avec de faux airs de Modigliani son compatriote, s'avance entre une haie d'amitiés composée de Carco, de Cendrars, de Paul Fort, de Dorgelès, de Jean-Jacques Gautier, de Serge Groussard, de Michel Droit et de bien d'autres. Ce qui laisse peu de champ à Serge Belloni pour guetter à droite ou à gauche les réactions d'une aigre critique, avec tous ses ostracismes.

Si Belloni apparaît si sûr de son fait, c'est qu'il croit bien naturellement au travail, à l'approfondissement de l'œuvre par l'effort poursuivi tant que I'œil l'exige. Ce peintre de Paris est capable, été comme hiver, de revenir vingt fois sur le même motif qu'il a décidé d'emprisonner dans la toile, et aux conditions que l'artiste s'est d'emblée assignées. Belloni, ce n'est ni Marquet ni Utrillo. Même s'il cousine plutôt avec le dernier, c'est autre chose qui n'est pas loin d'être Belloni tout simplement.

A contre-courant de l'époque, cet italien de Paris éprouve un tel souci de la technique qu'il préfère s'étendre sur ses recettes que sur des ambitions qui, de toute évidence, n'excèdent pas son métier. Cette peinture à l'œuf, entre autres, permet à Belloni de créer avec l'huile un liant d'une douceur infinie et de trouver des détrempes dignes de ce XVe qu'il connaît bien pour avoir fait maints travaux de restauration. Grâce à ces soucis de métier, ses paysages présentent une sorte d'onctuosité qui vous pousse le nez sur ces tableaux qui s'apprêtent à défier le temps.

Un même souci préside à la composition. Belloni exécute une multitude de dessins, puis une petite toile, enfin "la" toile qu'il a imaginée, face au motif, puisque Belloni ne reprend jamais rien à l'atelier.

Belloni nous montre aujourd hui un travail de dix ans, avec quatre-vingts toiles qui sont un long hymne à Paris (il n'a pas voulu y mêler les tendres portraits des amis) que ce soient les Halles sanglantes, un Ménilmontant bariolé ou les quais de la Seine ployés de perspectives, que ce soit l'intérieur d'un bistrot, aujourd'hui démoli, ou l'atelier bruissant de cousettes.

C'est sur le pont des Arts que l'abordait jadis un Derain bourru, sur une berge de l'île Saint-Louis que Carco remarquait un jeune homme qui peignait en fièvre. Fidèle à ses amis comme il demeure fidèle aux anciens, Belloni passe un examen terrible en reprenant ce sempiternel et mouvant portrait qu'offre Paris. Ses amis poètes qui le contemplent de ce ciel gris où les nuages volent bas, lui ont déjà dit qu'il était "reçu".

Frédéric Mégret

Hôtel de Sens(du 18 décembre 1968 au 5 janvier 1969).






Exposition Serge Belloni dit le Peintre de Paris
Serge Belloni en 1968

Exposition Serge Belloni dit le Peintre de Paris
À gauche, Mme Viaux, Conservateur de la Bibliothèque Forney






Quelques oeuvres de Serge Belloni

Serge Belloni

Serge Belloni






Serge Belloni

Serge Belloni






Serge Belloni

Serge Belloni